La Mutuelle de la Corse et ses adhérents veulent poursuivre l’élan de solidarité déclenché par la crise du Covid-19

En 2020, la Mutuelle de la Corse et une partie de ses adhérents a lancé une opération de solidarité pour soutenir les entreprises mises en difficulté par la crise du Covid-19 et des associations. Comment poursuivre aujourd’hui cet élan ? C’est la question qui s’est posée lundi à Corte.

C’est une initiative portée par une mutuelle et ses adhérents, un élan de solidarité comme la crise du Covid-19 a pu en faire naître.

Fin 2020, la Mutuelle de Corse s’aperçoit qu’à la faveur des confinements, elle a moins dépensé qu’à son habitude. Parallèlement, nombre de ses adhérents, notamment des entreprises, rencontrent des difficultés liées à la crise.

En décembre, elle exonère ses entreprises adhérentes d’une partie de leurs charges. Un geste à la faveur des entreprises et de leurs salariés qui n’ont pas à cotiser pour ce mois. Cela représente environ 1,2 millions d’euros de cotisations mutuelles.

Une initiative lancée il y a un an

Les entreprises les plus durement touchées par la crise sont soulagées. Les autres se proposent d’offrir la somme au fonds de solidarité de la Chambre de commerce et d’industrie de Corse (CCI), à la fondation de l’Université de Corse pour soutenir les étudiants précaires ou à des associations locales. Le "Cercle solidaire" est né. La mutuelle et ses adhérents aident ceux qui en ont besoin.

Un an après, plusieurs entreprises adhérentes se demandaient comment donner suite à cette opération. Lundi, une rencontre sur ce thème était organisée à l’Université de Corse, en présence du Président de l’Université, du directeur départemental de la Banque de France, du président de la Mutuelle de la Corse, de représentants de la CCI, de chefs d’entreprises, de responsables de maisons de retraites, de structures d’aides à domicile, d’associations adhérentes, etc.

"Tout le monde s'est accordé à dire qu'il était impératif de continuer le cercle de solidarité. Pas forcément en donnant de l'argent, mais en rédigeant une charte pour créer une ingénierie de projets pour la santé des Corses", explique Bernard Ottaviani, directeur général de la Mutuelle de la Corse.

Dans les prochaines semaines, les adhérents à ce "cercle" vont lancer un groupe de travail où la Mutuelle sera en charge de l'ingénierie.

"Une des thématiques que nous souhaitons aborder est le vieillissement de la population, déclare Bernard Ottaviani. Si on peut trouver des solutions pour que les gens restent plus à domicile, cela peut créer des emplois et permettre des économies à la société car les structures de prise en charge des personnes âgées coûtent cher. Il y a d'autres aspects très concrets à aborder. Comment aider les jeunes à avoir un meilleur accès aux soins ? Comment les entreprises adhérentes peuvent faire remonter des besoins de formation pour embaucher des jeunes ?"

La Mutuelle de Corse compte 3000 entreprises adhérentes. "On s'est aperçus pendant le Covid que beaucoup avaient un ADN humain" s'enthousiasme le directeur général. "De nombreuses entreprises ou associations ont des idées mais n'ont pas les moyens de tout concevoir. Ce que nous souhaitons c'est mutualiser nos forces pour transformer ces idées en projets."

Mutualiser, n'est-ce pas la meilleure intention pour une mutuelle ?

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
centre corse nature parcs et régions naturelles économie solidarité société covid-19 santé