• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse - Le domaine viticole de Casabianca vendu à la Safer

Le domaine de Casabianca (469 hectares, dont 228 de vignes) sur la Plaine orientale de la Corse. / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Le domaine de Casabianca (469 hectares, dont 228 de vignes) sur la Plaine orientale de la Corse. / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Le domaine de Casabianca, présenté comme l'un des plus grands domaines viticoles de Corse, placé en liquidation judiciaire depuis janvier 2017, a été vendu sur décision de justice à la Société d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer).

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

La vente a été décidée par un juge commissaire du tribunal de grande instance de Bastia qui a tranché en faveur de l'offre de la Safer pour 1,630 million d'euros, a indiqué Lionel Mortini, président de l'Office du développement agricole et rural de la Corse (Odarc) et élu du conseil exécutif de Corse.

Selon Corse-Matin qui a révélé l'information, le juge a préféré cette offre à deux autres dont les montants étaient supérieurs.

L'expert immobilier missionné par le liquidateur judiciaire avait estimé le domaine de 469 hectares, dont 228 de vignes, à 2,5 millions d'euros, a précisé Lionel Mortini. Mais l'offre de la Safer a été inférieure en raison du "mauvais état de la vigne qui a vu le domaine viticole se déprécier fortement en un an".
 
Le domaine viticole de Casabianca vendu à la Safer
Intervenants - Jean-Marc Venturi, président délégué de la Chambre d'agriculture de Haute-Corse. Equipe - Pierre Nicolas, Daniel Bansard

En mars dernier, la Collectivité de Corse avait débloqué un fonds de 800.000 euros pour permettre ce rachat par la Safer, une société anonyme, sans but lucratif, avec des missions d'intérêt général, placée sous tutelle des ministères de l'Agriculture et des Finances.

La Safer doit maintenant "réunir son comité technique qui va déterminer des lots" qui seront "vendus ou loués" afin de "faire produire ces terres et d'installer de jeunes agriculteurs", a précisé Lionel Mortini, insistant sur la nécessité de faire "une agriculture raisonnée".

"Nous souhaitons que les terres proches de la mer soient vendues au Conservatoire du littoral pour éviter toute spéculation et pour qu'elles soient ensuite relouées à des agriculteurs", a-t-il précisé.
           
Prêchant pour l'installation de jeunes agriculteurs corses, les différents partis nationalistes appelaient la Collectivité de Corse et la Safer à éviter une "opération spéculative" et le rachat par des propriétaires non-insulaires de ce qu'ils présentent comme "l'un des plus grands domaines agricoles de Corse" et "la plus grande vigne d'Europe d'un seul tenant".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Centre d’enfouissement de Prunelli di Fium’Orbu, dialogue de sourds

Les + Lus