"Un dépotoir à ciel ouvert" Une casse automobile illégale démantelée en Plaine orientale

140 véhicules stockés illégalement sur 17 parcelles de la commune de San Nicoalo en Plaine orientale sont en cours d'évacuation. Une enquête est ouverte pour infraction à la préservation de l'environnement, et dissimulation d'activité.

Repérée il y a plusieurs mois par les autorités, l'accumulation de carcasses de voitures sur plusieurs parcelles de la commune de San Nicolao en Plaine orientale faisait l'objet d'une enquête, qui a abouti le 12 décembre dernier au contrôle de cette casse automobile non déclarée.

Les gendarmes de Haute-Corse, appuyés par la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) et de l'Office Français de la Biodiversité (OFB) ont recensé 140 véhicules à l’abandon sur 17 parcelles occupées illicitement.

Pollution et dissimulation d'activité

"Le responsable du site assumait illégalement depuis plusieurs années des fonctions de mécanicien, de revendeur de pièces détachées et de casseur automobile" indiquent les gendarmes de Haute-Corse dans un communiqué. 

Ils précisent qu'"au-delà de la concurrence déloyale envers les professionnels de l'automobile, les constatations mettent également en évidence de nombreuses infractions au code de l’environnement".

Entendu par les enquêteurs, le responsable du site qui stockait ces voitures depuis plusieurs années sans autorisation "devra s'en expliquer auprès des autorités judiciaires du parquet de Bastia", nous a déclaré l'officier adjoint sécurité des mobilités du groupement de gendarmerie départementale de Haute-Corse, Cédric Hubert. Il souligne que "les suites judiciaires restent à déterminer, l'infraction à la préservation de l'environnement et la dissimulation d'activité faisant l'objet d'une procédure conjointe."

Évacuation en cours

L'enlèvement des véhicules, pièces automobiles et autres déchets abandonnés sur les différents sites a débuté. "Ça va prendre plusieurs semaines" indique Cédric Hubert.

Une fois l'évacuation terminée, une évaluation de la pollution occasionnée sur les 17 parcelles pourrait faire l'objet d'investigations complémentaires.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité