Un accord trouvé pour l'exploitation des eaux d'Orezza

Après plus de deux semaines d'arrêt, un accord a été trouvé quant à l'exploitation des eaux d'Orezza entre la collectivité de Corse et Marie-Laurence Mora, gestionnaire du site d'exploitation. Le contrat location-gérance actuel se clôture le 23 février. 

ILLUSTRATION
ILLUSTRATION © Axelle Bouschon / FTV

Sortie de crise pour l'usine des Eaux d'Orezza. Dans un communiqué publié ce vendredi 12 février, la Collectivité de Corse (CdC) a indiqué qu'un accord a été trouvé avec la famille Mora, gestionnaire du site. 

Au point mort depuis plus de deux semaines, les négociations ont repris le 9 février dernier et ont débouché sur un accord global. Ce dernier entérine notamment : "la poursuite de l'exploitation des Eaux d'Orezza dans le cadre d'un contrat de location-gérance de quatre ans non-renouvelable avec le maintien de tous les emplois et ce quelle que soit la forme juridique de la future exploitation."

Ce nouveau contrat est assorti d'une clause assurant que le "co-contractant s'engage à soutenir les acteurs publics et privés du territoire de la Castagniccia investis notamment dans les domaines culturels et sportifs à hauteur de 130.000 euros pour l'année 2021."

Ainsi, la CdC se "réjouit qu'un point d'équilibre satisfaisant pour toutes les parties ait pu in fine être trouvé" à l'issue de "17 mois d'âpres négociations."

C'est également dans un communiqué que Marie-Laurence Mora, Présidente de la SNEEMO (Société Nouvelle d’Exploitation des Eaux d’Orezza), a réagi. Elle se félicite de l'accord trouvé et écrit que "malgré toutes les rumeurs qui ont circulé ces dernières semaines et alimenté un climat anxiogène autour d’une fermeture potentielle du site", elle "a toujours été confiante dans l’issue des négociations engagées avec la Collectivité de Corse." Marie-Laurence Mora attend maintenant la validation de l’Assemblée de Corse qui se réunira la semaine prochaine.

Communiqué Marie-Laurence Mora eaux d'Orezza

Mobilisation des employés

Fin janvier, une mobilisation sociale avait ainsi été organisée durant plusieurs jours, entraînant l’arrêt temporaire de la chaîne de production d’eau pétillante.

En cause, la fin prochaine du contrat de location-gérance liant la collectivité de Corse à la famille Mora. La date butoir pour trouver un accord était ainsi fixée au 23 février. Sans accord trouvé, employés et collectivité de Corse avait indiqué le risque d’une fermeture temporaire de l’usine jusqu’à temps de trouver une solution.

"Les eaux d’Orezza sont un joyau pour la Corse, et une réussite unique en terme de micro région, se félicite Jean Brignole de la STC. C’est une eau qui appartient à la Corse, et qui aujourd’hui se trouve sur les tables dans les restaurants, dans les supermarchés."

"Mais si demain il y a un arrêt de production, et qu’on arrête la distribution, la nature a horreur du vide et finira par le remplacer. Dans cette situation-là, il y aura la question, une fois l’usine ré-ouverte, de comment refaire sa place."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie social