Justice : procès sous haute-surveillance à Bastia

Illustration - Le palais de justice de Bastia (Haute-Corse). / © C. GIUGLIANO / FTVIASTELLA
Illustration - Le palais de justice de Bastia (Haute-Corse). / © C. GIUGLIANO / FTVIASTELLA

Un dispositif de sécurité exceptionnel était mis en place aujourd'hui au palais de justice de Bastia pour un procès qui implique les frères Guazelli. Le délibéré a été fixé au 25 mars.

Par Sébastien Bonifay

Les frères Guazzelli, figures du grand banditisme (au cœur de l’affaire dite du double meurtre de Poretta) et deux autres personnes comparaissaient aujourd'hui devant le tribunal correctionnel pour obtention frauduleuse de documents administratifs.

Un procès qui a incité les autorités à mettre en place un contrôle extrêmement serré à l'entrée du palais de justice, avec fouille minutieuse. 

Au centre de l'affaire, une pièce d'identité émise par la préfecture de la Haute-Corse en 2015.
Le passeport en question aurait permis à Christophe Guazzelli, fiché et recherché, de voyager, sous une autre identité.

L'affaire est en lien avec un dossier de trafic de stupéfiants.

Une affaire de passeports 

Christophe Guazzelli n’a pas pu être extrait de prison pour un problème administratif. Son escorte n'a pu être assurée. 
Son cas sera jugé ultérieurement.

Maîtres Seatelli et Vincensini, les avocats de son frère, Richard, ont refusé d'assister à l’audience.
Ils ont réclamé le renvoi, et leur client a refusé de participer aux débats.

2 ans de prison ferme avec mandat de dépôt ont été réclamés contre lui.
2 ans ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer ont été réclamés contre une employée municipale de Bastia, qui exerce au service de l'état civil.
2 ans dont 6 mois avec sursis ont enfin été demandé pour une personne qui a aidé à la réalisation de ces passeports.
Le délibéré a été fixé le 25 mars.
 

Sur le même sujet

Les + Lus