• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ils braquent des policiers : deux malfaiteurs présumés mis en examen

ARCHIVES - Des gendarmes devant le centre pénitentiaire de Borgo (Haute-Corse) / © France 3 Corse ViaStella
ARCHIVES - Des gendarmes devant le centre pénitentiaire de Borgo (Haute-Corse) / © France 3 Corse ViaStella

Deux hommes, dont un ancien militant nationaliste déjà condamné pour des tirs sur le GIGN, ont été mis en examen samedi soir en Corse, après une course-poursuite avec des policiers qu'ils sont soupçonnés d'avoir braqués au pistolet semi-automatique.

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP


Carlu Andria Sisti et Pierre-François Stary ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime, vol et recel, acquisition et détention d'armes, le tout en bande organisée, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Ils sont également poursuivis pour menaces de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique. Tous deux ont été écroués samedi soir à la maison d'arrêt de Borgo.

Carlu Andria Sisti est présenté comme un ancien militant nationaliste. Il avait été condamné en 2013 pour avoir ouvert le feu sur une colonne du GIGN venue l'interpeller. Pierre-François Stary est quant à lui connu pour des délits de droit commun.

Les mis en examen avaient été interpellés mardi soir par des policiers de la BAC, alors qu'ils circulaient sur un scooter de grosse cylindrée. Au moment où les deux policiers s'approchent pour les contrôler, le passager du deux roues avait dégainé son arme, un pistolet semi-automatique Glock de calibre 11.43 et les avait menacés.

Après une brève course poursuite, les deux hommes étaient appréhendés quelques minutes plus tard. Au domicile de l'un des deux hommes, les policiers ont découvert un fusil d'assaut, des cagoules, perruques et explosifs.

Dans un garage du centre-ville de Bastia, propriété de l'un des deux individus, ils ont trouvé une voiture et un scooter volés et faussement immatriculés et deux armes longues.

Les deux hommes n'ont fait aucune déclaration pendant leurs garde-à-vue.


Sur le même sujet

Fête de la musique : à Bastia, trois studios de répétitions mis à disposition de groupes amateurs

Les + Lus