Face à la fermeté de François Hollande et de Manuel Valls, les opposants à la loi travail maintiennent la pression avec de nouvelles manifestations en Corse, comme à Bastia jeudi, où les syndicats ont organisé une opération escargot, paralysant le centre ville.

Les manifestants sont partis jeudi matin en cortège depuis le rond point de Furiani, au nord de Bastia. Ils ont emprunté la nationale avant de traverser le centre ville et rejoindre peu avant midi le quartier de la préfecture de la Haute-Corse. 

Les organisations qui appellent à manifester pour la deuxième fois en 48 heures (STC, CGT, FO, et FSU) assurent que la mobilisation, loin de faiblir, va se poursuivre et s'amplifier jusqu'au retrait du projet de loi travail. 


Pourtant, le chef de l'Etat François Hollande a été clair. Le président de la République a prévenu mardi: "Je ne céderai pas" sur le projet de loi, fruit d'un "compromis" et d'un "équilibre". La loi "va passer, parce qu'elle a été discutée, a été concertée, a été corrigée, a été amendée", a-t-il assuré.

Mais pour les syndicats qui jugent le texte trop favorable aux entreprises et peu protecteur pour les salariés, le "retrait" reste d'actualité, comme au premier jour de la mobilisation, le 9 mars.

Ce matin, les opposants à la loi travail se sont également rassemblés devant les locaux de la Direction régionale du travail et de l'emploi (Direccte) à Ajaccio.