• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Santé: l'hôpital de Bastia ouvre une antenne à Ghisonaccia

Des spécialistes dans de nombreux domaines chirurgicaux consulteront désormais à Ghisonaccia / © IP3 PRESS/MAXPPP
Des spécialistes dans de nombreux domaines chirurgicaux consulteront désormais à Ghisonaccia / © IP3 PRESS/MAXPPP

C'est une excellente nouvelle pour les habitants et les élus de la Plaine orientale, qui soulignent, depuis des années, les difficultés rencontrées en matière de soins. Des médecins spécialistes de l'hôpital de Bastia consulteront désormais à Ghisonaccia. 

Par Sébastien Bonifay

Chirurgie générale, viscérale, orthopédique, traumatologique, vasculaire, thoracique, pédiatrique, cancérologie digestive...

L'éventail des domaines couverts par la dizaine de médecins présents sur place est large...

C'est, en fait, une véritable antenne de l'hôpital de Bastia qui, depuis quelques semaines, a ouvert ses portes à Ghisonaccia, rue St Michel. 

Ghisonaccia, à peine plus de 4.000 habitants, est aussi le carrefour d'un bassin de population très important, au coeur de la Plaine orientale. 

Et jusque-là, les malades de la région devaient effectuer une longue route jusqu'à Porto-Vecchio, Corte ou Bastia, pour accéder à un centre hospitalier. 

 
Ghisonaccia, à mi-chemin de Bastia et Porto-Vecchio / © googlemaps
Ghisonaccia, à mi-chemin de Bastia et Porto-Vecchio / © googlemaps


Un accès aux soins spécialisés très compliqué


Il faut bien compter entre une et deux heures lorsque l'on quitte Ghisonaccia. 

Mais celles et ceux qui habitent sur les hauteurs sont confrontés à des difficultés plus importantes encore, comme nous le confie Jacky Bartoli, le maire d'Isolacciu di Fium'Orbu.
 

Pour descendre d'Isolacciu jusqu'à la plaine il faut déjà trois quarts d'heure. On n'a aucun service de transports en commun pour aller à Ghisonaccia. Alors imaginez le périple jusqu'à l'hôpital de Bastia...
 Et puis il y a les gens qui ont des difficultés pour se déplacer, c'est souvent le cas quand on a besoin de soins...
Bref, pouvoir consulter à Ghisonaccia plutôt qu'à Bastia, c'était une nécessité. On se bat pour ça depuis des années. 

 

San Gavinu di Fium'Orbu, , à près de deux heures de tout centre hospitalier avant l'ouverture de l'antenne de Ghisonaccia / © Bonachera jf / Wikimedia
San Gavinu di Fium'Orbu, , à près de deux heures de tout centre hospitalier avant l'ouverture de l'antenne de Ghisonaccia / © Bonachera jf / Wikimedia

 

Quels spécialistes pour assurer les consultations?
 

Ils sont nombreux, comme Jacky Bartoli, à se réjouir de l'ouverture de l'antenne de l'hôpital de Bastia. 

Mais à mots couverts, certains élus s'inquiètent des moyens qui y seront déployés, et des praticiens qui seront sur place, alors qu'il est très difficile de trouver des docteurs prêts à aller dans le rural:

C'est une très bonne chose, c'est un progrès. Mais espérons que l'on bénéficie d'un personnel compétent et approprié. Il ne faut pas que l'on soit une zone secondaire de santé.


 
Les patients de la Plaine orientale représentent 10% des consultations et 10% des admissions aux urgences à l'hôpital de Bastia / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Les patients de la Plaine orientale représentent 10% des consultations et 10% des admissions aux urgences à l'hôpital de Bastia / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP


Pascal Forcioli, le directeur du centre hospitalier de Bastia, se veut rassurant:
 

Ce ne seront pas des remplaçants, ni des vacataires, ce sont les mêmes chirurgiens que ceux avec lesquels les patients auraient rendez-vous à Bastia.


L'antenne de l'hôpital à Ghisonaccia est entièrement équipée et médicalisée. 
Elle vient complèter une offre de soins spécialisés de plus en plus étoffée. 

La région bénéficie d'un service mobile d'urgence et de réanimation, d'un centre médico-psychologique, sans oublier le scanner et l'IRM de Prunelli di Fium'Orbu. 

Longtemps considérée comme un désert médical, la région se dote, petit à petit, d'une offre de soins spécialisés qui pourrait simplifier la vie de ses habitants...


 
Le directeur du CH de Bastia, Pascal Forcioli / © FTVIASTELLA
Le directeur du CH de Bastia, Pascal Forcioli / © FTVIASTELLA



 

4 questions à Pascal Forcioli, directeur de l'hôpital de Bastia

Comment va fonctionner l'antenne?
Les gens vont appeler le service des consultations de l'hôpital de Bastia, et vont prendre rendez-vous avec le spécialiste de leur choix. 
On fixera un rendez-vous à Ghisonaccia en fonction du planning des docteurs, si ça convient parfait, mais s'ils sont pressés, ils pourront prendre un rendez-vous plus tôt et venir jusqu'à Bastia. 

En fait les spécialistes se déplacent une fois par mois, environ, sur place. Le centre n'est pas ouvert tout le temps?
C'est ça. Ils vont descendre, à tour de rôle. Il y a plus d'une dizaine de spécialistes concernés, qui ont parfaitement compris notre politique territoriale, qui se sentent repsonsables du territoire. 

L'antenne est ouverte depuis deux mois environ, peut-on tirer un premier bilan?
C'est un peu trop tôt, on manque de recul, en raison justement de cette périodicité. Mais on a déjà constaté que les consultations s'adressent majoritairement à des patients qui ont été opérés à Bastia, ou qui vont subir une intervention prochaine. Cela leur évite plusieurs déplacements rapprochés jusqu'à l'hôpital. 
A ce titre il y aura également l'anesthésiste qui s'occupera d'eux qui sera présent, de manière à grouper les rendez-vous pré-opératoires. 

Cela va bénéficier à la Plaine Orientale, mais est-ce que l'hôpital de Bastia ne va pas en pâtir? Les moyens ne sont pas faramineux, et vous allez vous priver régulièrement, pour une journée, de certains de vos spécialistes...
C'est pour cela que seules les équipes qui sont suffisamment garnies enverront un de leurs spécialistes. En ce qui concerne la cardiologie, par exemple, malheureusement, personne ne pourra se rendre à Ghisonaccia. Il faudra encore venir à Bastia. 
Un autre écueil, ces sont les limites techniques. L'antenne est très fonctionnelle, et parfaite pour les consultations, mais nous n'avons pas de plateaux techniques. Nous ne pourrons donc pas faire de consultation ophtalmologique. 

 

Sur le même sujet

Fin de vie : en Corse, les mentalités évoluent

Les + Lus