Inquiétude des salariés de La Méridionale, la Direction répond

Les salariés de La Méridionale s'interrogent sur la stratégie de leur direction dans le cadre de l'appel d'offre pour la Délégation de Service Public entre la Corse et Marseille. Depuis 2 jours, ils mènent des actions pour retarder l'appareillage des navires de la compagnie. La Direction répond.
Un des bateaux La Méridionale au port de Bastia, jeudi 14 février 2019.
Un des bateaux La Méridionale au port de Bastia, jeudi 14 février 2019. © France 3 Corse ViaStella
Les personnels STC de La Méridionale sont en colère. Ils craignent que les discussions encore en cours au sujet de la délégation de service public maritime de la Corse pour 2019-2020, ne mènent à une perte des lignes desservant les ports d'Ajaccio et de Porto-Vecchio et ne débouchent sur des suppressions d'emplois.
 
Le syndicat a demandé un conseil d'entreprise extraordinaire. En attendant, il organisera chaque soir un retard à l’appareillage des trois navires pendant 55 minutes.

Le STC estime que la direction de la compagnie n’a pas déposé des offres permettant de conserver un des ports principaux que sont Bastia ou Ajaccio. Elle leur a répondu jeudi 14 février, dans un communiqué :

La Direction conteste vigoureusement les propos du STC mettant en cause la qualité de ses offres dans le cadre de la consultation de la prochaine Délégation de Service Public. Elle désapprouve et condamne fermement toutes les actions qui perturbent le service public pour lequel elle oeuvre avec dévouement depuis plus de 40 ans.

 
Capture d'écran du communiqué de presse de la Direction de La Méridionale. Jeudi 14 février 2019
Capture d'écran du communiqué de presse de la Direction de La Méridionale. Jeudi 14 février 2019 © France 3 Corse ViaStella

Mercredi 13 février, la commission de délégation de service public a rendu un avis consultatif sur l’admission aux négociations des compagnies pour chacun des lots.

Il en ressort que La Méridionale ne resterait dans la course que pour les ports de Bastia, Porto-Vecchio et Ile Rousse, perdant ainsi Ajaccio.

Pour rappel, l’avis de la commission n’est que consultatif. C'est le président de l’exécutif, Gilles Simeoni, qui devra trancher la semaine prochaine.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports maritimes économie transports