Insee : en Corse, des temps de trajets plus longs qu'au niveau national pour accéder aux services et équipements

Les Corses qui vivent dans le rural doivent faire en moyenne plus de route que sur le continent pour atteindre une zone urbaine dotée de services. Dans une étude parue mardi 25 avril, l'Insee constate ainsi que les temps d'accès aux équipements et services sont globalement plus longs qu’au niveau national.

Les bassins de vie, rappelle l'Insee, sont définis comme "les plus petits territoires offrant un accès aux équipements et services les plus courants". Ils sont construits autour d'une ou plusieurs communes, qualifiées de pôles de services.

En Corse, en 2022, on en dénombre 15 au total, détaille une récente étude : 2 urbains, à savoir ceux de Bastia et d'Ajaccio, 3 ruraux périurbains, et 10 ruraux non périurbains. Chacun de ces bassins de vie doit avoir accès à un certain nombre d'équipements, distingués en trois gammes par l'Insee : ceux de proximité (28 au total, parmi lesquels les boulangeries, les médecins généralistes, les écoles, les établissements postaux, les pharmacies...), les intermédiaires (35 au total, parmi lesquels les commissariats de police, les gendarmeries, supermarchés, collèges, services funéraires...), et enfin la gamme supérieure (47 au total, parmi lesquels les urgences, les lycées, et hypermarchés, les cinémas, les médecins spécialisés...). 

Des bassins de vie inégalement peuplés et inégalement desservis

En Corse, on constate que les bassins de vie sont inégalement peuplés : à deux, les bassins de vie urbains d'Ajaccio et de Bastia rassemblement ainsi 54 % de la population de l'île, répartie sur 86 communes. À l'inverse, le bassin de vie de Saint-Florent, le moins densément peuplé, compte seulement 5.000 habitants répartis sur 7 communes.

Des bassins inégalement peuplés, et inégalement desservis, aussi : commerces, enseignement, santé, transport, loisirs et culture, les pôles urbains sont de loin les plus étoffés en terme d'équipements

Les temps d'accès à ces mêmes équipements y sont également les plus courts de Corse : 7 minutes en voiture en moyenne sont nécessaires pour accéder à la gamme dite de proximité ; 11 minutes pour la gamme intermédiaire ; et 27 minutes pour la gamme supérieure. 

Moins d'équipements et plus de délais dans le rural

Directement accolés à ces pôles urbains, les 3 bassins ruraux périurbains - à savoir de Saint-Florent, de Borgo, et de Grosseto-Prugna - réunissent 12 % de la population insulaire et 70 communes. S'ils bénéficient de cette proximité avec Ajaccio et Bastia, ils enregistrent tout de même un nombre d'équipements et de services inférieur, et des temps d'accès à ceux-ci supérieurs (9 minutes en moyenne pour la gamme de proximité, 17 pour la gamme intermédiaire, 36 pour la gamme supérieure).

Les équipements et services dans ces bassins de vie périurbains relèvent essentiellement des gammes de proximité et intermédiaires. L’offre dans la gamme supérieure se limite elle à 11 équipements sur les 47 possibles.

Enfin, les 10 bassins ruraux non-périurbains - soit les bassins de vie de Porto-Vecchio, Penta-di-Casinca, Corte, L’Île-Rousse, Calvi, Ghisonaccia, Prunelli-di-Fiumorbo, Propriano, Bonifacio et Sartène - rassemblement 60 % des communes de Corse, et 34 % de la population.

Particularité intéressante : ils disposent d'un plus grand nombre d'équipements que les bassins de vie ruraux périurbains. Cela s'explique directement par leur attractivité touristique, indique Antonin Bretel, chef de service à l'Insee de Corse : "On constate une forme de suréquipement de certains bassins de vie, qui correspond aux besoins d'une certaine population réellement présente durant la saison touristique."

Le temps d'accès y est le plus important de l'île : 12 minutes en voiture en moyenne pour la gamme de proximité, 19 pour la gamme intermédiaire, et 53 pour la gamme supérieure. 

Des temps de trajets en moyenne plus longs qu'au niveau national

"Cette étude confirme que les temps de trajet en Corse sont en moyenne plus longs que sur le continent, détaille Antonin Bretel. C'est lié à notre relief - nous sommes sur une île montagne, les trajets sont forcément allongés que dans des territoires plus plats -, à nos spécificités, à la faible densité de population sur notre île." Mais plus encore, le document permet surtout "de mettre à jour une mesure de ces temps d'accès, et la possibilité de les comparer avec le niveau national."

Ainsi, pour toute l'île, on constate que le temps d'accès aux équipements est plus long que la moyenne nationale, de l'ordre de 6 minutes en voiture. De manière générale, souligne l'étude Insee, en Corse, la part de la des équipements est quatre fois supérieure à celle du niveau national (10 %).