La (re)montée du SC Bastia, l'AC Ajaccio champion d'automne, une jeunesse flamboyante... La rétro-sportive 2021 en Corse

Publié le
Écrit par Hugo Lauzy

Du football en passant par le volley-ball ou encore de l'ultra-trail au rallye-raid, les clubs et sportifs corses ont connu des fortunes diverses sur l'année 2021. Un cru à nouveau perturbé par les nouveaux avancements du Covid-19, même si les performances ont souvent été au rendez-vous.

Une année sportive 2021 bien chargée en émotions comme en pression, avec des enjeux à tous les étages. Voilà le résumé d'une saison 2021 encore bien particulière avec des rendez-vous sportifs annulés, reportés ou maintenus de dernière minute. La faute au Covid-19 encore une fois, même si les bonnes nouvelles se sont accumulées au fil des mois pour le sport corse... Football, rallye-raid, ultra-trail, judo... Mais aussi quelques désillusions qui sont également venus s'agréger à ce bilan non-exhaustif.

Tour d'horizon des principaux moments clés de l'année sportive "corse" 2021.

Du rallye-raid au football, une année tout feu tout flamme

L'année 2021 a commencé en fanfare pour le sport corse dans un décor de rêve. Direction les dunes d'Arabie saoudite pour le Dakar 2021 (3-15 janvier 2021) et l'aventure de Michaël Pisano au volant de son nouveau buggy de 400 chevaux de l'équipe MD Rallye. Résultat deux semaines de course plus tard : plusieurs problèmes mécaniques sur les premiers jours, mais une 27e place encourageante pour les prochaines éditions et pour sa 7e participation au plus grand rallye-raid du monde.

Le retour du sport au premier plan n'est cependant pas pour tout le monde. Retour à la case "confinement" et prise de mal en patience pour le sport amateur, privé d'entraînements en intérieur et de compétitions jusqu'au mois de mai en raison du troisième confinement et des distanciations sociales du Covid-19. L'objectif est alors de se réinventer pour continuer à exister et surtout pratiquer en extérieur, le tout sans contact.

Côté sport collectif, la remontée fantastique du SC Bastia, sans la présence de ses supporters jusqu'au mois de mai, mais qui termine l'année champion de National est à mettre tout en haut du classement. Quatre ans après le dépôt de bilan du club bastiais et un redémarrage en National 3 lors de la saison 2017-2018, les Bastiais retrouvent les portes de la Ligue 2 et du football professionnel. Mais tout n'est pas rose non plus lors du redémarrage de la saison et l'entraîneur Mathieu Chabert est remercié dès le mois de septembre. Son successeur sur le banc est un habitué des joutes de la Ligue 2, en la personne de Régis Brouard et permet au club d'être dans les clous de l'opération maintien avec une 18e place de barragiste à la fin des matchs aller.

Un échelon en dessous, les résultats sont encore moins bons pour le SC Bastia-Borgo avec trois entraîneurs déjà sur le banc cette saison et une dernière position pour une seule victoire en 16 rencontres. Une dynamique qui reste donc à inverser pour éviter une relégation en National 2 en mai prochain.

Pour eux, le problème n'en est pas un. L'AC Ajaccio renaît encore une fois de ses cendres par rapport à une saison dernière compliquée sur le plan sportif, terminée à une décevante 13e place en Ligue 2. Cette saison, changement de ton pour les joueurs d'Olivier Pantaloni, puisque les Ajacciens, intraitables à domicile, jouent les premiers rôles et occupent même la place enviée de leader à la fin d'une phase aller exceptionnelle. Premiers avec 38 points pour 11 victoires, 5 nuls et 3 défaites : tous les signaux sont donc au vert à mi-saison et les espoirs de remontée en Ligue 1, sept ans après, sont donc permis...

Les flops de l'année 2021

Même ville, mais pas la même ambiance pour le Gazélec d'Ajaccio. Le temps de la Ligue 1 lors de la saison 2015-2016 paraît déjà un très lointain souvenir, presque un mirage. Six ans après, le club enchaîne les difficultés sportives, économiques et judiciaires et se voit presque obligé de déposer le bilan en octobre dernier après s'être relancé difficilement en National 3 avec une huitième place à la mi-championnat.

Même galère pour la section volley où la donne n'est pas bien différente pour le GFCA. Son président, Antoine Exiga, est mis en minorité en mars dernier avant de laisser la place et d'être rétrogradé sportivement de l'élite à la Ligue B. Là aussi, la transition n'est pas des plus simples et le club ajaccien continue de stagner au niveau des résultats. L'objectif remontée est encore loin...

Un retard à l'allumage également pour Pierre-Louis Loubet en WRC. Le Porto-Vecchiais a collectionné les problèmes mécaniques et les sorties de route cette saison. Le pilote Hyundaï de 24 ans, blessé à la hanche suite à un accident au cours du mois d'octobre, devrait toutefois changer d'air et migrer vers Ford en vue de la saison prochaine, après avoir terminé cet exercice avec huit rallyes mondiaux disputés et une septième place en Estonie comme meilleur résultat.

Déception également pour l'Ajaccienne de 29 ans, Alexandra Feracci, en karaté catégorie kata aux Jeux olympiques de Tokyo en août dernier et repartie sans médaille. Même désillusion pour le coureur de fond de 33 ans, Morhad Amdouni, sur le marathon et le 10 000 mètres à Tokyo. Le Porto-Vecchiais avait pourtant remporté le championnat d'Europe de cette même distance deux mois avant l'échéance olympique.

Les bonnes perfs des sportifs corses au cours de l'année

L'année 2021 leur aura réussi. C'est le cas du vététiste Ceccè Camoin, sacré vice-champion du monde en moins de 21 ans dans la catégorie VTT-enduro du côte de l'Ecosse, tout comme du duo corse, Lisandru Brunel et Thomas Kuntz, du club Mare e Vela, sacré champion du monde en voile RS Feva. D'autres ont également tirés leur épingle du jeu comme Lisandru Massiani en bronze au championnat d'Europe juniors de ball-trap ou encore de la jeune Bastiaise et multi-médailléé de 15 ans, Manon Venturi, en natation artistique à la fois en ballet duo et solo.

Des résultats de taille également en judo lors des championnats de France de première division à Perpignan, en novembre dernier. Tout d'abord pour les sœurs Gneto, Astride en moins de 52kg et Priscilla en moins de 57kg, qui remportent toutes les deux le titre de championne de France. Une année pleine aussi pour la Calvaise de 24 ans, Julia Tolofua, en plus de 78 kg, qui en plus de son titre de championne de France dans cette catégorie, a décroché la médaille d'argent par équipes aux championnats du monde de judo à Budapest, en juin dernier.

Et un record pour la fin, celui du traileur balanin, Lambert Santelli, qui a rallié Calenzana à Conca en 30 heures et 25 minutes, le 26 juin dernier. À 34 ans, il abaisse de 41 minutes la marque précédente datant de 2016, sur le mythique tracé du GR20. Une performance XXL qui lui permet d'intégrer le cercle très fermé des meilleurs ultra-traileurs de la planète.