Le tri des déchets progresse lentement en Corse

Le bilan 2020 relatif aux déchets produits en Corse vient de tomber. Et si la tendance est à la baisse, les chiffres restent élevés par rapport à la moyenne nationale.

© Marion Fiamma/FTVIASTELLA

Bonne nouvelle : la Corse a produit moins de déchets en 2020 qu'en 2019 avec une baisse de 6% en un an. Moins bonne nouvelle : elle reste mauvaise élève. L'île de beauté produit 29% de déchets municipaux de plus que la moyenne nationale.

Cette différence tend toutefois à se réduire : en 2019, elle s'élevait à +39 %. Selon le Syndicat de valorisation des déchets de la Corse à l'orginie de ce bilan, cette différence s’explique par la forte activité touristique. 

Bonifacio, Figari, Lecci, Monacia-d’Aullène Pianottoli-Caldarello, Porto-Vecchio et Sotta en mauvaise posture 

Un Corse produit en moyenne 677 kg de déchets par an. Mais les chiffres varient beaucoup selon les territoires. C'est dans la communauté de communes Pasquale Paoli qu'on en crée le moins avec 438 kg/hab et dans la communauté de communes Sud Corse qu'on en trouve le plus avec en moyenne 1157 kg/hab.

Ces chiffres comprennent : les déchets des ménages, ceux produits par les petites entreprises et les déchets des communes. 

© Syvadec

Costa Verde, la meilleure élève de Corse 

Concernant le tri sélectif, la Corse s'améliore, mais très lentement, avec une hausse de seulement 0,58 point en un an. Le taux de tri des déchets ménagers et municipaux est passé de 36,62% en 2019 à 37,20% en 2020. 

© Syvadec

En triant 51% de ses déchets, la communauté de communes Costa Verde est l'intercommunalité qui trie le plus ses déchets, loin devant Pieve Ornano qui ne dépasse pas les 26%. 

 

"C'est ridicule"

Les relatives avancées mises en relief par le rapport du Syvadec ne font pas l'unanimité. "J'ai l'impression que le SYVADEC prend les Corses pour des imbéciles", réagit Jérôme Mondoloni, du collectif Massimu Susini, à la vue de ces chiffres. "Les effets du Covid-19 n'apparaissent nulle part dans le rapport. La saison touristique a été désastreuse, beaucoup moins de déchets ont été produits à cause du tourisme."

"Il n'y a pas eu l'afflux de touristes habituel peu regardants sur le tri. Et pourtant, le Syvadec se réjouit d'une évolution du taux de tri et de résiduel qui passe de 36,62 % en 2019 à 37,20 % en 2020. C'est ridicule, ils auraient mieux fait de ne pas le mentionner", poursuit-il.

Le collectif qui avait déjà critiqué le nouveau plan de gestion des déchets ne s'arrête pas là : "Ce bilan oublie également d'évoquer l'évolution du coût pour les habitants. Selon un rapport de 2018 de l'ADEME (l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, ndlr), le coût de la gestion des déchets était de 243 euros par habitant. La moyenne nationale, pour une zone touristique équivalente est de 147 euros par habitant. Et tous les ans, le coût de la gestion des déchets augmente pour les Corses. Ce n'est, bien sûr, pas indiqué par le SYVADEC."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déchets ménagers environnement