Ligue 1 – OM-Bastia “On n'a jamais livré une bataille”, Ghislain Printant

13/09/15 - L'Olympique de Marseille s'est sévèrement imposé en battant Bastia (4-1), dimanche en match décalé de la 5e journée de Ligue 1. / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
13/09/15 - L'Olympique de Marseille s'est sévèrement imposé en battant Bastia (4-1), dimanche en match décalé de la 5e journée de Ligue 1. / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

L'Olympique de Marseille s'est sévèrement imposé en battant Bastia (4-1), dimanche en match décalé de la 5e journée de Ligue 1.

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

L'OM a la meilleure attaque du Championnat, avec dix buts, marqués en deux matches. Après le carton contre Troyes (6-0) et le match "en carton" à Guingamp (défaite 2-0), l'OM a rouvert les vannes face à Bastia.

Une frappe puissante de Benjamin Mendy (16) dans une première période un peu aride, puis un doublé de Romain Alessandrini (46, 67) et un but de Michy Batshuayi (70) ont eu raison d'un Bastia privé de quatre titulaires.

Brandao, de retour de trois matches de suspension, a signé de la tête le but de "l'ex", quand Marseille s'était assoupi (76).

"On n'a jamais livré une bataille"

"Ça fait mal. J'ai eu tout faux, je n'ai pas honte de le dire, ça n'a pas marché", a déclaré l'entraîneur de Bastia Ghislain Printant. "On n'a jamais livré une bataille. Sur la première mi-temps on était bien gentil, bien en place, mais jamais on est sorti ni on a cherché à presser cette équipe de Marseille".

Malgré ce, elle avait du mal à nous déséquilibrer, après on a pris ce but sur coup de pied arrêté, c'est bien joué de leur part mais on a fauté. A la mi-temps j'ai changé mon fusil d'épaule en demandant à Sadio Diallo de jouer plus près de Brandao, mais on n'était pas rentré qu'on a pris ce deuxième but, qui a libéré Marseille, qui nous a puni cruellement".

"Quand vous êtes à 1,50 m des joueurs de Marseille vous les laissez dans un confort de passe. Je cherche les points positifs, il y en a un: notre attaquant a marqué, cela va lui faire du bien.. On est tombé sur plus fort que nous, il faut être capable de le reconnaître. Mais on n'a pas joué sur nos valeurs."

Sur le même sujet

Gestion des déchets en Corse : le projet d'Alexandre Lanfranchi

Les + Lus