Justice : la liquidation judiciaire de l'ex-gestionnaire du SC Bastia dépaysée à Lyon

Le dossier de liquidation judiciaire de l'ancien gestionnaire du Sporting Club de Bastia sera jugé par le tribunal de commerce de Lyon, conformément à une demande de dépaysement du parquet de Bastia. Le dossier sera audiencé mercredi 14 octobre.
Cette requête du parquet de Bastia concernant le dépaysement du dossier de la SASP (société anonyme sportive professionnelle) du SC Bastia a été validée en avril par la Cour de Cassation, mais révélée par France Bleu RCFM vendredi.

Le dépaysement a été motivé par le lien de parenté entre Gilles Filippi, président du tribunal de commerce de Bastia et Jean-Noël Filippi, son frère et l'un des dirigeants du club de football à l'époque de sa mise en liquidation en septembre 2017.

La présence comme juge au tribunal de commerce de Bastia de Claude Ferrandi, l'un des repreneurs du SC Bastia, a également été mise en avant pour le justifier, a indiqué une source proche du dossier.

Placé en liquidation judiciaire

En cessation de paiements depuis août 2017, la SASP, qui employait 47 salariés, avait été confrontée à d'énormes problèmes financiers pendant plusieurs années. Elle a été placée en liquidation judiciaire en septembre 2017 par le tribunal de commerce de Bastia.

Le club corse affichait une dette de 21 millions d'euros à l'issue de la saison 2016-2017 alors que les actifs du club étaient estimés à 10 millions d'euros. Une série d'entreprises dont le club était client sont dans l'attente de recouvrer leurs créances.

Relégué sportivement et financièrement en cinquième division, le club, qui a été repris en août 2017 par deux entrepreneurs bastiais, Claude Ferrandi et Pierre-Noël Luiggi, a depuis remonté la pente et est aujourd'hui leader de national 1 (3e division).

Une enquête préliminaire pour une série de délits financiers allant de l'abus de biens sociaux à l'escroquerie autour du SC Bastia a également été ouverte en février 2018 par le parquet de Bastia et est toujours en cours.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport national justice société