Yvan Colonna a stoppé sa grève de la faim et de la soif

Yvan Colonna a stoppé sa grève de la faim et de la soif, entamée mardi 2 février. Incarcéré à Arles depuis plusieurs années, il avait été placé au mitard et avait commencé son action après avoir refusé de changer de cellule à la demande de l’administration pénitentiaire.

Yvan Colonna a mis fin à sa grève de la faim.
Yvan Colonna a mis fin à sa grève de la faim. © France 3 Corse ViaStella

Yvan Colonna a mis fin jeudi à sa grève de la faim et de la soif, entamée mardi 2 février à la prison d’Arles où il est incarcéré depuis plusieurs années. "La situation est désormais apaisée, a confirmé à France 3 Corse ViaStella son avocat Me Emmanuel Mercinier-Pantalacci. Au vu de la position conciliatrice de la directrice de la centrale, Yvan Colonna a bien voulu mettre fin à sa grève de la faim et de la soif."

Le détenu de 60 ans, définitivement condamné en 2011 pour l'assassinat du préfet Claude Erignac, avait entamé cette action après avoir été placé au mitard à la suite de son refus de changer de cellule à la demande de l'administration pénitentiaire. Cette même cellule qu’il occupait depuis plusieurs années.

Nous avons formé des recours judiciaires contre les sanctions disciplinaires dont il a fait l’objet."

Maître Mercinier-Pantalacci, avocat d'Yvan Colonna

"Nous avons formé des recours judiciaires contre les sanctions disciplinaires dont il a fait l’objet et nous attendons l’audience du tribunal", précise l’avocat d’Yvan Colonna, qui juge que "la rotation sécuritaire (changements de cellules fréquents et brutaux) reste inadmissible compte tenu de la personnalité d’Yvan Colonna". Et d’ajouter : "cette pratique abusive est d’ailleurs nouvelle, et nous allons donc la contester par voie judiciaire."

Sébastien Mattei a également stoppé sa grève de la faim et de la soif

Classé au registre des détenus particulièrement signalés (DPS), Yvan Colonna est soumis à un régime sécuritaire strict, comme pour un autre détenu corse, Sébastien Mattei. Celui qui purge une peine de dix ans de prison pour le braquage d'un fourgon de transport de fonds en 2011 à Saint-Florent avait entamé une grève de la faim pour les mêmes raisons qu'Yvan Colonna, avant de la stopper ce jeudi.

"Suite à la levée des sanctions disciplinaires, Sébastien Mattei a également décidé de ne pas poursuivre sa grève de la faim et de la soif, a indiqué son avocat, maître Julien Pinelli. Pour autant, nous demeurons particulièrement attentifs à l'évolution de sa situation carcérale."

Une grève de la faim à quelques jours de l'anniversaire de l'assassinat du préfet Claude Erignac

Hasard du calendrier, ce nouveau bras de fer se déroule à quelques jours de l'anniversaire de l'assassinat du préfet Claude Erignac, le 6 février 1998. Yvan Colonna a toujours nié avoir participé à cet assassinat, bien qu'il ait été condamné trois fois par la cour d'assises spécialement composée de Paris. 

Il se déroule aussi alors que la situation carcérale de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi, seuls autres membres du commando condamnés encore emprisonnés, est très largement dénoncée ces dernières semaines. 

Ce samedi, 2000 personnes ont défilé dans les rues de Corte pour demander le retrait de leur statut de DPS (Détenu Particulièrement Signalé) et leur rapprochement à la prison de Borgo.

Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, incarcérés depuis mai 1999, ont terminé leur période de sûreté et sont accessibles à une libération conditionnelle depuis 2017. Yvan Colonna, arrêté en 2003, lui, purge encore sa peine de sûreté automatique. Elle arrivera à son terme en juillet de cette année.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société prison faits divers