• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • SPORT
  • CULTURE
  • ÉCONOMIE

Fin de la trêve hivernale : des milliers de familles menacées d'expulsion

 La trêve hivernale s'est terminée ce dimanche 31 mars à minuit / © F.Olivier / France Télévisons
La trêve hivernale s'est terminée ce dimanche 31 mars à minuit / © F.Olivier / France Télévisons

Le mois d'avril marque la fin de la trêve hivernale en France. Après cinq mois d'interruption, les expulsions locatives vont reprendre. Les associations redoutent cette année une explosion des expulsions.

Par Malika Catala

En 2017, 126 000 décisions d'expulsions ont été prononcées, selon le dernier bilan annuel de la Fondation Abbé Pierre (FAP). Cette même année, plus de 15 000 ménages ont été expulsés.

+ 46 % de procédures depuis 2009

En dix ans, les expulsions ont explosées. Près de 300 000 personnes ont été sorties de leur logement par la force publique. Pour dénoncer cette situation, l'association a organisé une action "coup de poing" ce dimanche 31 mars, devant le ministère du Logement. Un paillasson géant a été déroulé avec l'inscription "Bienvenue dans la rue". Objectif : dénoncer le sort de ces milliers de personnes menacées de perdre leur toit ."Une multiplication des expulsions en contradiction  avec la politique du logement d'abord affichée par le gouvernement " estime la Fondation.

Des milliers de sans-abris remis à la rue 

La fin de cette trêve hivernale touche également les personnes qui sont déjà sans domicile fixe. Celles qui ont puêtre hébergées dans l'un des centres d'accueil d'urgence ouverts cet hiver. Selon plusieurs associations, 8000 SDF vont se retrouver à la rue. A Pantin en Seine-Saint-Denis, 328 personnes sont herbergées depuis cet hiver dans un immense hangar prêté par la SNCF à Emmaüs Solidarité. Encadrées par des travailleurs sociaux, ces familles se retrouvent aujourd'hui, livrées à elles-mêmes. Une situation dénoncée par l'association :

"commencer un accompagnement et dire madame monsieur c'est terminé vous retournez à la rue, c'est totalement absurde, c'est un sujet qui devrait être une grande cause national"

Une date redoutée aussi par les migrants 

Le secteur associatif s'inquiète aussi cette année de voir le phénomène amplifié par la remise à la rue de centaines de migrants.
A Villeurbanne, près de Lyon, 200 demandeurs d'asiles sont menacés de se retrouver à la rue. Depuis décembre 2017, Ils squattent un ancien centre de formation des pompiers désaffecté. Surnommé "amphi Z", ici tout est organisé pour la vie en collectivité. On y trouve même une salle de classe." Ca nous aide à pratiquer la langue française" précise Abdou, originaire d'Afrique et désormais menacé d'expulsion par la Métropole de Lyon, propriétaire du bâtiment."On craint d'être expulsé sans relogement, c'est ça qui est un peu difficile, confie Shaw soutenu comme les autres habitants par plusieurs collectifs de soutien. 
 
Amphi Z, le plus grand squat de migrants de l'agglomération lyonnaise menacé d'expulsion à cause de la fin de la trêve hivernale. / © B.Metral /France Televisions
Amphi Z, le plus grand squat de migrants de l'agglomération lyonnaise menacé d'expulsion à cause de la fin de la trêve hivernale. / © B.Metral /France Televisions
 

Définition de la trêve hivernale 

La trêve hivernale est née après un appel de l'Abbé Pierre en 1954. Elle a été inscrite dans la loi en 1956. Depuis 2014, elle dure du 1er novembre au 31 mars.
Pendant cette période, la loi interdit d'expulser les locataires de leur logement. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Initiative commerçants Pont-de-Beauvoisin