• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Lundi 18 février : de Metz à Prague

16h30 Arrivée à Prague. / © jcdr. France 3 Lorraine.
16h30 Arrivée à Prague. / © jcdr. France 3 Lorraine.

Partis à 6h45 lundi 18 février 2013, les élèves du lycée de la communication de Metz sont arrivés à Prague vers 16h30. Un long voyage...

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

6h 30, les 57 élèves du lycée de la communication ont choisi leur place dans le bus. Catherine, Fabienne, William et Alexandre, leurs quatre accompagnateurs les recomptent une dernière fois tandis que j’explique aux parents qu’ils pourront suivre chaque soir sur le site internet de France 3 Lorraine la journée de leurs enfants. La nuit semble déjà faiblir, il fait -4°, un aperçu de la météo qui nous attend probablement, là-bas, très à l’Est.

Stéphane, notre chauffeur pour ces six jours, boucle le dernier coffre à bagage. L’adresse de l’hôtel où nous dormons ce soir et la nuit prochaine est entrée dans le GPS, la route se trace sur le petit écran digital. 700 kilomètres. Heure d’arrivée prévue, 17h30. Il est 6h45. Nous quittons l’arrêt de bus situé devant le lycée, direction Prague.

9h30. Premier arrêt et premières découvertes. Les allemands parlent allemand, beaucoup. Anglais, un peu. Les élèves eux parlent surtout français. Et découvrent les toilettes autoroutières d’outre-Rhin : payantes et propres. Et les bouteilles en plastiques, consignées. A quelques centaines de mètres un Tupolev et un Concorde, nez pointés vers l’azur qui vient de s’ensoleiller, semblent endormis. Dans quelques minutes, ils seront imités par certains des lycéens tandis que les autres jouent aux cartes ou suivent la quête du Graal des professeurs Jones, Senior et Junior.

12h15. Pause méridienne à quelques cent kilomètres de la frontière avec la République Tchèque. Et deux écoles : sandwiches et autres préparations tirés du sac sur l’aire enneigée pour les uns, déjeuner au chaud pour les autres. 45 minutes pour échanger les toutes premières impressions, jouer avec la neige dans l’espace réservé aux enfants. Ce qu’ils sont encore, un peu, au début de ce voyage dont ils ne savent pas vraiment ce qu’ils en retiendront.

14h30, arrêt-minute au passage de la frontière avec la République Tchèque pour l'achat de la vignette autoroutière. Les élèves, pour la plupart, ont les yeux braqués sur les deux écrans qui diffusent le DVD d'Inglorious Bastards de Quentin Tarantino. Indiana Jones le matin, Le lieutenant Aldo l'après-midi, ils ont eu en deux films deux visions des nazis et de leurs extorsions. Une entrée en matière pas forcément prévue par les professeurs mais dont les lycéens se souviendront sans doute dans les prochains jours.

16h30 c'est l'arrivée à Prague. L'hôtel Olympic, grande tour de style stalinien avec 18 étages et quatre ascenseurs est situé sur les hauteurs de la ville dont nous avons contourné l'hyper-centre en arrivant. Les recommandations sont d'usages avant la remise des chambres : "qui casse paye, qui dérange les voisins devra payer une amende", 500 couronnes (environ 20 euros). Ici on ne badine pas avec le règlement. Tandis que, par chambrées de 3 ou 4, les garçons prennent possession du 15ème étage, les jeunes filles s'installent au 13ème. La vue est imprenable, y compris sur les murs taggués alentours.

J'allume l'ordinateur et connecte le wifi. Quelques élèves me rejoignent dans le hall, nous choisissons ensemble les photos pour notre premier diaporama. Louna se lance pour un petit texte sur le street art (voir l'encadré ci-dessous).

Il est 19h, l'heure d'aller dîner. Il faut à la fois se reposer du trajet et prendre des forces pour la longue ballade-découverte prévue demain.

23h, Extinction des feux, plus de sortie de chambre autorisée. Le calme s'installe. Bonne nuit à tous !

De Metz à Prague

 

Première impression praguoise de Louna Meylender, lycéenne.

Ma première impression en arrivant aux abords de notre hôtel à Prague, c'est le street art très présent, notamment sur cette usine abandonnée à deux pas de l'hôtel (voir le diaporama).

Pas de graffitis illisibles ici, juste une expression artistique à mon goût très esthétique.

Ce n'est que le premier jour en banlieue de Prague, mais si cela est révélateur du centre ville, vivement demain!

Louna Meylender

A lire aussi

Sur le même sujet

Webcam: cigognes et cigogneaux de Sarralbe

Les + Lus