• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Deux jours après l'acquittement du docteur Muller, les avocats des parties civiles s'expriment

Maître Michaël Wacquez et Maître Marc Vialle
Maître Michaël Wacquez et Maître Marc Vialle

La cour d'assises de Meurthe-et-Moselle a acquitté jeudi le docteur Jean-Louis Muller de l'accusation de meurtre de sa femme en 1999. Il comparaissait pour la troisième fois dans cette affaire, après avoir été condamné à deux reprises à 20 ans de prison.

Par

Les avocats des parties civiles avaient préféré quitté la salle du tribunal de Nancy sans s'exprimer jeudi soir.Ceux qui représentaient la famille de la victime, Brigitte Muller, retrouvée morte à son domicile en 1999, ont choisi d'évoquer le procès ce samedi. 

Les avocats s'expriment



L'analyse de Frédéric Michel
Frédéric Michel, journaliste à Europe 1


Le Dr Muller acquitté du meurtre de sa femme, jeudi 31 octobre

La Cour d'assises de Meurthe-et-Moselle a acquitté jeudi le docteur Jean-Louis Muller de l'accusation de meurtre de sa femme en 1999, qui lui avait déjà valu deux condamnations à 20 ans de prison. Ayant répondu par la négative à la question de la culpabilité, "la Cour acquitte Jean-Louis Muller de l'accusation de meurtre contre lui", a annoncé sa présidente, Marie-Cécile Thouzeau, devant une salle comble.

Auparavant, l'avocat général avait requis une nouvelle fois 20 ans de prison à son encontre, l'accusant d'avoir maquillé en suicide le meurtre de son épouse Brigitte, le 8 novembre 1999 à Ingwiller. "Ce n'est pas une victoire de la défense, c'est une victoire de la Justice contre l'injustice", a réagi l'avocat de la défense, Eric Dupond-Moretti. Jean-Louis Muller, qui comparaissait libre, s'est précipité, en pleurs, dans les bras de ses enfants et de sa compagne.

A deux reprises, des jurés populaires, en 2008 et 2010, devant les Assises du Bas-Rhin puis du Haut-Rhin, avaient jugé Jean-Louis Muller coupable. La Cour de cassation avait annulé le verdict de condamnation en appel, et renvoyé l'affaire devant la Cour d'assises à Nancy pour un troisième procès, un cas de figure rarissime.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus