Centenaire 14 18 : tout a commencé avec le tocsin

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bruno Demange
la cloche la plus grave
la cloche la plus grave © France 3 Lorraine

Ces 3 jours commémorant le tout début de la première guerre mondiale, il y a un siècle, viennent de connaître un moment très important au Vieil Armand, en présence des chefs d'Etat français et allemands. Avant cette cérémonie, le coup d'envoi de ces 3 jours fut le rappel du tocsin. Voici l'histoire.

Tout a commencé avec la mobilisation générale, engagée parallèlement à la déclaration de guerre. Celle ci s'est traduite par un affichage généralisé, mais aussi par la sonnerie du tocsin.
Qu'est ce que le tocsin ?
Si le nom est connu, le détail...et plus précisément le son du tocsin...reste forcément méconnu. Et pour cause, puisque la dernière fois que nous avons entendu cette sonnerie du tocsin était en 1939 !

Le tocsin est donc une cloche, et peut donc ainsi sonner dans toutes les communes. C'est une cloche "grave", la plus grave qui existe dans les clochers, puisque sa mission consiste à annoncer un danger imminent qui approche.
Il sonne à raison d'un coup à chaque seconde...donc, à raison de 60 coups par minute.

A l'occasion du centenaire de la première guerre mondiale, il a donc été proposé de débuter ces 3 premiers jours de commémoration par une sonnerie de tocsin, ce vendredi 1er août à 16 heures...dans toutes les communes de France.
Chacun a donc pu vivre, cent ans plus tard, ce que nos familles ont entendu le 1er août 1914 à 16 heures
Voyez notre reportage, à Villers les Nancy, et Euvezin...
durée de la vidéo: 01 min 43
commémoration centenaire 1914 : le tocsin



Retrouvez également d'autres éléments sur l'histoire du tocsin :
L'autre grand temps fort de ces 3 premiers jours d'août fut, après cette première commémoration via le tocsin, la cérémonie de ce dimanche 3 août sur le site du Vieil Armand, dans les Vosges côté alsacien.
Il y a cent ans, ce lieu de combat était alors en territoire allemand. C'est l'un des hauts lieux de la 1ère guerre mondiale, avec un lourd bilan : 25.000 soldats tués et 35.000 autres marqués à jamais. L'une des particularités du lieu est qu'il y a autant de victimes allemandes que françaises. A près de 1000 mètres d'altitude, de très violents combats se déroulèrent en 1915 et 1916.
Deux grands moments furent :
  • la présence du drapeau européen sur ce lieu emblématique
  • et la pose de la première pierre d'un musée binational (qui ouvrira ses portes en 2017)
Voyez l'essentiel des temps forts de cette journée...
durée de la vidéo: 02 min 36
les temps forts de la cérémonie

Une autre des particularités de cette cérémonie a été la mise au premier plan d'une centaine de jeunes, français et allemands, qui ont travaillé sur le sujet durant ces 3 derniers jours.
Voyez leur témoignage à l'issue de la cérémonie...
durée de la vidéo: 02 min 06
les jeunes au centenaire de 1914



Aujourd'hui, le site, magnifiquement préservé, permet de découvrir des lieux de combats et des tranchées. C'est l'un des endroits où les tranchées sont d'une réalité particulièrement bouleversante. Lieu parfois méconnu, il mérite le détour, et vaut carrément le voyage dans le sud vosgien.


Après cette cérémonie du Vieil Armand, les commémorations se poursuivent ce lundi (toujours en présence des deux présidents français et allemands).
Cette fois ci, c'est du côté de la Belgique que le rendez vous est donné. Plus précisément à Liège, en compagnie d'une dizaine d'autres dirigeants.
Ils célébreront alors l'invasion du Royaume de Belgique par les troupes allemandes, il y a exactement 100 ans, le 4 août 1914.
Le président de la république française participera pour sa part à deux des cérémonies : 
  • l'une au monument interralié de Cointe
  • la seconde, franco belge (depuis l'hôtel de ville de Liège)


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.