Alsace : les touristes de retour dans les campings

La fin des restrictions de circulation et les prochains weekends prolongés vont-ils booster les réservations dans les campings alsaciens? Les professionnels scrutent avec attention les réservations de dernière minute qui commencent à affluer. 

Les campings alsaciens profitent d'un léger boom des réservations
Les campings alsaciens profitent d'un léger boom des réservations © Cedric JOUBERT / Maxppp

"En temps normal, nous sommes complets en cette période de l'année", explique Mélanie Mann réceptionniste au camping des Castors à Burnhaupt-le-Haut dans la vallée de la Doller (Haut-Rhin). Mais ce n'est pas une année normale, le Covid est passé par là. Alors la vingtaine de réservations pour le weekend de l'Ascension est déjà une très bonne nouvelle, même si elles ne suffiront pas à remplir les quelques 94 emplacements et 36 places en locatif. Des touristes français, venus des Vosges, du Bas-Rhin, ou encore du territoire de Belfort profitent ainsi de l'allégement des mesures de restrictions de circulation. "Il s'agit de Français en manque de nature, désireux de se mettre au vert", précise l'employée, et d'ajouter "notre situation à proximité du Ballon des Vosges est un plus pour les touristes"

Mais au camping des Castors on ne se fait pas d'illusions, les touristes étrangers manquent à l'appel. Allemands, Suisses, Belges, ceux qui remplissaient à près de 70% le camping ne sont pas là. "Tant que les frontières seront fermées, et les conditions de voyages restreintes, il nous manquera toujours une bonne partie de notre clientèle" regrette Mélanie Mann. 

Alors en attendant, le camping peaufine l'entretien des espaces verts, des cabanes en bois, mobil-home et autres cottages. Même constat chez les Amis de la Nature, un camping de la vallée de Munster. "On sent que les réservations commencent à tomber. Pour les weekends de l'Ascension et de la Pentecôte nous devrions atteindre 50% d'occupation " raconte Benoît Weiss, un employé. Pour autant, ce n'est pas suffisant pour rattraper les pertes de l'année dernière, ni celles de ce printemps, d'autant "que nous sommes également tributaires de la météo. Et le mauvais temps des derniers jours ne nous est pas favorable."

Si les campings connaissent une certaine embellie en ce mois de mai, les touristes étrangers manquent toujours à l'appel.
Si les campings connaissent une certaine embellie en ce mois de mai, les touristes étrangers manquent toujours à l'appel. © Le camping des Castors

Situation difficile pour les campings de ville

Si les campings à la campagne ou à la montagne profitent d'un léger mieux au niveau des réservations, pour les campings dit "de ville" comme celui de Strasbourg, la situation est plus critique. "Nous avons seulement 10% d'occupation actuellement. 3 camping-car pour 85 emplacements et quelques locatifs, c'est peu", s'inquiète Dany Grathwohl le directeur du site. Sa clientèle habituelle est urbaine, et s'installe pour quelques jours à Strasbourg, pour visiter la capitale alsacienne, ses musées, découvrir ses restaurants. "Or pour le moment tout est fermé donc les touristes ne s'y précipitent pas" . 

Les campings dit "de ville" à la peine, les touristes ne s'y précipitent pas à cause des fermetures administratives des restaurants et musées.
Les campings dit "de ville" à la peine, les touristes ne s'y précipitent pas à cause des fermetures administratives des restaurants et musées. © Camping de Strasbourg

Mais le directeur n'en demeure pas moins optimiste et compte sur cet été pour retrouver une activité quasi-normale. "L'année dernière nous avions fait une saison correcte avec 80% d'occupation. On espère cette année, faire au moins la même chose. En juillet, août et septembre, nous avons déjà une trentaine de réservations." Deux incertitudes cependant, l'évolution de la situation sanitaire et la météo qui pourraient également rebattre les cartes. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vacances sorties et loisirs déconfinement société confinement santé covid-19 loisirs