Bas-Rhin : Strasbourg dépose sa candidature au label "Capitale mondiale du livre 2024" décerné par l’Unesco

Strasbourg vient de déposer sa candidature pour devenir "Capitale mondiale du livre 2024". Créé en 2001, ce label est décerné chaque année par l’Unesco à une ville qui s’engage à promouvoir les livres et la lecture sous toutes ses formes. Aucune ville française ne l’a décroché…pour le moment.

Strasbourg, capitale de l’Europe, de Noël, du vélo et pourquoi pas bientôt "Capitale mondiale du livre" ? C’est l’objectif affiché de la ville qui a déposé le 15 avril son dossier de candidature auprès de l’Unesco pour prendre possession de ce label pour l’année 2024.

Le 10 mars 2022, tout le monde était invité à faire une pause lecture d'un quart d'heure, une façon symbolique de lancer la candidature strasbourgeoise.

Pour Jeanne Barseghian, première magistrate de la Ville, cette candidature tombe sous le sens tant les liens tissés au fil des siècles entre Strasbourg et les livres sont évidents.

Strasbourg, à livre ouvert

"C’est à Strasbourg que Gutenberg a élaboré le système typographique. C’est à Strasbourg qu’a été ouvert le premier atelier d’imprimerie, qu’a été imprimé le premier journal", précise Jeanne Barseghian. La maire rappelle que de nombreuses pages décisives et révolutionnaires ont été écrites dans la capitale alsacienne : La Marseillaise de Rouget de Lisle ou encore les traités fondateurs de l’Europe pour ne citer qu’eux.

Il y a des textes mais aussi des images. De Gustave Doré à Tomi Ungerer, "Strasbourg a été le berceau d’un art mineur devenu majeur : l’illustration". Ce patrimoine littéraire, doublé d’un bouillonnement créatif ne s’est jamais essoufflé.

Toujours vivant et foisonnant, il s’est enrichi de nombreuses structures : un réseau de 59 bibliothèques publiques, un bibliobus, la Bibliothèque Nationale Universitaire, riche de millions de documents accessibles à tous, sans oublier les 25 librairies et 40 maisons d’édition.

"Plus qu’une filière, le livre est un écosystème" rappelle Jeanne Barseghian. Strasbourg est une halte incontournable pour les écrivains qui en connaissent le public gourmand et exigeant. Les Bibliothèques idéales qui rassemblent 70 auteurs à chaque édition, ses files d’attentes innombrables sont, à elles seules, la preuve qu’entre le livre et cette ville, il existe un lien indéfectible.

Un programme et un cri de ralliement : "Lire notre monde"

Pour décrocher le titre de "Capitale mondiale du livre", les candidats doivent justifier d’un programme ambitieux de promotion du livre sous toutes les formes et à tous les âges.

Anne Mistler, adjointe aux arts et aux cultures à la Ville de Strasbourg, s’y est attelé rassemblant 150 partenaires. "Lire notre monde", c’est le sous-titre d’un programme riche de 200 actions, populaires ou universitaires, ponctuelles ou durables, individuelles ou évènementielles. Tous les quartiers en profiteront.

"A partir du moment où le livre est au centre d’une politique, de plein d’animations, cela crée un écosystème dont on profite absolument tous, aussi bien les lecteurs, que les éditeurs et les auteurs", reconnait Pierre Marchant, du Verger Editeur et membre de Confédération Interprofessionnelle du Livre, "On sait que la pratique de la lecture  n’est pas la même dans tous les milieux. Cette candidature s’adresse beaucoup  au lectorat populaire et je suis ravi qu’on raccroche un peu les wagons, qu’on pense à ces gens-là. C’est important".

Le budget annoncé est conséquent : 4,5 millions d’euros pour l’ensemble de l’opération. En cas d’échec, la maire de Strasbourg rassure les acteurs de la filière : "Toutes les actions prévues seront mises en place. Le label n’est pas une fin en soi, on ne stoppera pas le processus : tout ce qui figurera dans la candidature sera valorisé. Cela a été pensé comme ça, sachant que l’obtention du label ne signifie pas une dotation financière de la part de l’Unesco".

Un label de l’Unesco

Lancé en 2001 par l’Unesco, le titre de "Capitale mondiale du livre" est accordé à une ville reconnue pour la qualité des programmes municipaux valorisant le livre et la lecture.

Outre l’Unesco, son comité consultatif est composé de représentants de l’Union internationale des éditeurs, de la Fédération internationales des associations et institutions de bibliothèque du Forum international des auteurs.

Accra au Ghana est la 23e ville à porter ce titre. Elle succède à Guadalajara (2022), Tbilissi (2021) ou encore Kuala Lumpur (2020). Si Strasbourg est désignée, elle deviendra la première ville française à être capitale mondiale du livre, le 23 avril 2024, journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Elle sera fixée sur son sort d’ici à la fin de l’été.