Bas-Rhin : tags racistes et antisémites découverts sur les murs de la salle des fêtes à Scharrachbergheim, ce samedi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Munsch
Dès le milieu d'après-midi, un nettoyage à haute pression a déjà partiellement effacé les tags, mais la commune devra faire repeindre les murs souillés
Dès le milieu d'après-midi, un nettoyage à haute pression a déjà partiellement effacé les tags, mais la commune devra faire repeindre les murs souillés © Mairie de Scharrachbergheim (67)

Ce samedi matin 2 octobre, la maire de Scharrachbergheim dans le Bas-Rhin a été réveillée par un coup de fil, lui annonçant la présence de tags racistes et antisémites sur des murs de la salle communale. Une enquête de gendarmerie a immédiatement été ouverte.

Ce samedi matin 2 octobre, Sylvie Tholé, maire du village de Scharrachbergheim, à l'ouest de Strasbourg, a été prévenue de la présence de tags sur des murs de la commune. "Ce matin à 8 heures, un habitant du village m'a appelée pour me dire qu'il a vu des inscriptions racistes et antisémites sur des murs de la salle communale." (voir carte ci-dessous)

"Je m'y suis rendue avec une adjointe et le maire délégué de la commune d'Irmstett, notre commune associée."  L'élue a prévenu la gendarmerie qui les a rejoint sur place et y a fait des prélèvements d'indices. 

"Ce sont des tags racistes et antisémites choquants" explique l'élue, "on avait déjà eu des inscriptions en 2019, avec des croix gammées, des propos racistes et antisémites. C'était au même endroit, écrit en noir à l'époque, cette fois c’est du jaune. " Et comme très souvent dans ce genre de graffitis, les insultes comportent des fautes d'orthographe. 

"On n'arrive pas à y croire quand ça se passe chez nous, on ne comprend pas ce genre de comportement." 

-Sylvie Tholé, maire (SE) de Scharrachbergheim-Irmstett

 

Les élus ont immédiatement demandé à un ouvrier communal d'effacer les tags, mais un lavage à haute-pression n'a pas suffi et la commune va devoir faire repeindre les murs souillés. "On n’arrive pas y croire quand ça se passe chez nous, on ne comprend pas, et c’est bien sûr le budget de la commune qui va devoir prendre en charge..."soupire la maire de la commune en concluant "On est tous choqués et révoltés, tout le monde se sent ciblé." Une enquête de gendarmerie est en cours.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.