Cueillette des myrtilles et des champignons : volume autorisé, usage du peigne, forêts privées... voici les règles à connaître

La préfecture du Haut-Rhin a limité dans les Hautes-Vosges le ramassage de myrtilles et de champignons à 5 litres. L'occasion de revenir sur toutes les règles qu'il convient de suivre avant d'aller dans les champs ou en forêt, panier sous le bras.

Voilà une des activités favorites des Français à l'arrivée des beaux jours : la cueillette des fruits sauvages. Myrtilles, champignons, framboises, groseilles...Les possibilités sont infinies, particulièrement dans les secteurs où la forêt ou les champs dominent. Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire, il existe un cadre à respecter, et des règles à suivre, avant de s'adonner au ramassage de fruits. 

Est-il possible de cueillir des myrtilles ou des champignons n'importe où ? 

Il faut savoir que les fruits, qui sont les produits d'un sol, au propriétaire de ce sol. En théorie, il faut donc l'accord du propriétaire pour cueillir. Cependant, en l'absence clôture et de signalisation, la tolérance est appliquée et l'accord est tacite. 

Si la cueillette se fait en forêt, c'est le code forestier qui régit l'activité. Selon le site de l'Office national des forêts (ONF), sauf arrêté municipal ou préfectoral, il est possible de ramasser jusqu'à 5 litres de "baies, myrtilles ou autres petits fruits par personne". 5 litres, cela correspond plus ou moins à un petit saladier. Si cette limite est dépassée, cela constitue une infraction susceptible d'entraîner une amende de 135 euros. Au-delà de 10 litres, c'est considéré comme du vol, et cela relève du code pénal. 

Peut-on utiliser un peigne ? 

Pour les myrtilles, l’usage du peigne - une sorte de râteau ou de pelle servant à ramasser les fruits et les baies - est possible selon les secteurs et les arrêtés préfectoraux ou municipaux en vigueur. La préfecture du Haut-Rhin, par exemple, vient d'autoriser l'usage du peigne pour les Hautes-Vosges à condition que celui-ci ne dépasse pas une largeur maximale de 20 cm. "Son utilisation doit être pratiquée de manière à éviter de dégrader les pieds de myrtilliers", précise le communiqué. En revanche, "l’utilisation d’outils scarificateurs tels que pioches, serfouettes, grappins, râteaux, crocs est interdite" poursuite la préfecture. 

Peut-on ramasser les fruits cultivés ? 

C'est aussi une question que l'on se pose souvent : une fois la récolte de l'agriculteur réalisée, le promeneur peut-il ramasser les fruits restants ? On ne parle donc plus des fruits sauvages, mais des produits cultivés.

C'est autorisé, à moins que le propriétaire du terrain privé ne décide explicitement le contraire et qu'il l'affiche de manière visible. En revanche, la maraude, qui se pratique avant la récolte du producteur, est interdite. 

Quels sont les champignons à ne surtout pas ramasser ou consommer ? 

Les habitués le savent, mais il ne faut surtout pas ramasser un champignon quand on a le moindre doute sur sa comestibilité. Sur les 3 000 espèces de champignons présentes en France, seulement une centaine est comestible (comme les amanites, les lépiotes ou les cortinaires). Et certains champignons vénéneux ressemblent beaucoup aux champignons comestibles. La règle est donc simple : si vous avez un doute, ne ramassez pas.

Par ailleurs, il est recommandé de cueillir les champignons seulement quand ils sont en bon état, et en prélever la totalité (pied et chapeau) afin de pouvoir identifier les champignons ramassés. 

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité