Le dernier Tour de l'Alsacien Thomas Voeckler

© Maxppp GUILLAUME HORCAJUELO
© Maxppp GUILLAUME HORCAJUELO

Après quinze Tours de France, la Grande Boucle a été bouclée dimanche sur les Champs-Élysées pour Thomas Voeckler, icône populaire du cyclisme français, qui raccroche le vélo à 38 ans.

Par France Télévisions sports et AFP

15ème et dernier Tour de France pour Voeckler
L'itv de Thomas Voeckler après l'arrivée dimanche - France tv sports
"Ça m'a "brassé" un peu comme on dit. J'ai le coeur un peu serré, ça a été un peu difficile après l'arrivée mais c'était programmé, il faut s'en remettre", a déclaré le coureur de Direct Energie. Si l'arrivée sur les Champs a été particulièrement chargée en émotion pour Voeckler, son départ en retraite a été célébré trois semaines durant sur les routes du Tour, où il a tenté sans succès plusieurs échappées, par des messages de sympathie ("Merci Thomas") qui ont profondément touché celui qui se définit lui-même comme un "Français moyen".

"C'était comme une évidence (...), que mon dernier dossard soit aujourd'hui en passant la ligne des Champs-Elysées", a encore dit l'Alsacien de naissance et Vendéen d'adoption. Dans vingt ans, Voeckler espère en tous les cas que les gens "diront c'est un coureur qui en avait, qui n'était peut-être pas le plus fort mais qui ne baissait pas les bras, (qui) aimait se lancer de la bagarre, taper dedans sans craindre le retour de manivelle", a-t-il confié récemment. Tout Voeckler résumé en une phrase. Car ce rôle de baroudeur, de coureur dur au mal, est celui de sa vie. Il est surtout à l'origine de son histoire d'amour avec le public français.

Deux fois dix jours en jaune 

Une idylle entamée en 2004, le 8 juillet précisément, lorsque le champion de France, alors âgé de 25 ans, endosse à Chartres le maillot jaune avant de le défendre bec et ongles pendant dix jours. En 2011, Voeckler revêt à nouveau la tunique de premier au classement général après une échappée vers Saint-Flour. Résistant aux favoris dans les Pyrénées et le Galibier, il finit par la céder au bout de dix jours à Andy Schleck à l'Alpe d'Huez et termine le Tour, remporté par Cadel Evans, à la quatrième place.

Le meilleur résultat de ses dix-sept ans de carrière, au cours desquels il a enlevé aussi quatre étapes du Tour et le maillot à pois de meilleur grimpeur en 2012. Une carrière que Voeckler a toujours menée avec fidélité dans l'équipe de Jean-René Bernaudeau, aujourd'hui Direct Energie, où il chapeaute avec Sylvain Chavanel les plus jeunes comme Lilian Calmejane, vainqueur cette année, avec panache et malgré les crampes, de l'étape des Rousses.

C'était un "gamin déterminé, déterminé, déterminé, qui arrivait de Martinique (où sa famille s'est installée pendant son enfance, ndlr), un peu écorché vif, et qui n'était pas venu pour s'amuser, mais pour réussir", se souvenait avant le début du Tour Bernaudeau dans Le Figaro.

Maintenant que le vélo est raccroché, une "autre vie" commence pour Voeckler. "J'ai 38 ans, c'est assez vieux pour un coureur mais c'est pas encore l'âge pour prendre sa retraite tout court, il y aura une deuxième vie professionnelle bien entendu", a-t-il confié dimanche. Le désormais ex-coureur, qui a joué dans des épisodes de la série populaire "Plus belle la vie" diffusés en juillet, se voit bien consultant à la télévision. "Pour découvrir le Tour de France de l'autre côté de la barrière"... et rester dans le coeur des Français.





Sur le même sujet

Epernay : un dispositif de sécurité renforcé pour les Habits de Lumières

Près de chez vous

Les + Lus