Pourquoi il ne faut plus tailler ses haies après le 15 mars

Comme chaque année, la Ligue de protection des oiseaux et les associations de défense de l’environnement rappellent qu’il ne faut pas tailler les haies entre le 15 mars et le 31 juillet. Bosquets et buissons sont en effet de vrais réservoirs à biodiversité.

Maintenant l’hiver passé, la tentation est grande de tailler cette haie de laurier devenue jungle au fond de votre jardin. Dépêchez-vous de le faire, à compter de la mi-mars, il est fortement déconseillé, voire dans certains cas interdits, de dégainer la cisaille entre le 15 mars et le 31 juillet.

"À la mi-mars, c’est le moment où les oiseaux et les petits mammifères repèrent l’endroit où ils vont installer leur nid, explique Cathy Zell, chargée de mission à la LPO Alsace. Selon les espèces, certaines s’installent à mi-hauteur des haies, d’autres à leur pied. Les animaux vont y rester jusqu’à la fin juillet, jusqu’au moment où les petits seront assez grands pour s’émanciper de leurs parents".

Oiseaux, hérissons, rongeurs y trouvent le gîte, mais aussi le couvert, les arbustes fournissant baies, graines et insectes dont se nourrissent les oiseaux. Ajouter à cela la protection offerte par le fouillis de la végétation qui permet de se cacher des prédateurs.

 

Quand elles sont bien gérées, les haies peuvent accueillir jusqu’à 35 espèces de mammifères, 80 espèces d’oiseaux, 8 espèces de chauves-souris et 100 espèces d’insectes.

Office français de la biodiversité

Au refuge de la LPO Alsace de Rosenwiller (Bas-Rhin), les bénévoles voient chaque année au printemps et au début de l’été affluer par centaines hérissons scalpés par les tondeuses et jeunes passereaux, parfois encore dans leur nid sectionné par le coupe-branches. Une façon de mesurer l’incidence de la transformation des paysages – où urbanisme et grandes cultures ont fait disparaître haies et bosquets.

En 2018, une étude du CNRS et du Museum d’histoire naturelle (à consulter ici) menée sur 123 espèces communes d’oiseaux démontrait que le nombre d’oiseaux avait chuté de 30% en 15 ans en France. En Alsace, la LPO a mené en 2023 un inventaire des oiseaux des haies. 1200 points d’observation ont été installés sur 1840 haies. La présence d’une centaine d’espèces différentes a été constatée.

"De l’importance de préserver et de reconstituer les haies, particulièrement dans les campagnes", alerte Cathy Zell, qui précise qu’une haie définit un alignement végétal constitué d’arbres, arbustes et/ou buissons d’une largeur inférieure à 30 mètres.

Des haies qui ne se contentent pas d’être des hôtels en formule tout inclus pour la faune sauvage. A l’heure où la planète se réchauffe et où l’eau devient denrée rare, leurs bienfaits pour l’environnement s’avèrent essentiels. "Ces couloirs végétaux jouent un rôle de brise-vue, de brise-vent. Ils permettent de lutter contre l’érosion grâce à leur système racinaire, de fertiliser le sol, de maintenir l’humidité et de générer ombre, humidité et fraîcheur pendant les épisodes de forte chaleur", énumère Cathy Zell.

Les nuées de corbeaux, conséquence de la disparition des haies

La spécialiste pointe du doigt un autre phénomène lié à la disparition des haies : la multiplication des animaux opportunistes, comme les corvidés. "Les champs où il n’y a plus de bocage attirent particulièrement les corbeaux : ils ont une vue à 360 degrés qui leur permet de rapidement repérer leurs prédateurs comme les buses. D’où la multiplication des nuées de centaines d’oiseaux qui ravagent les cultures agricoles. Avec des haies, ils seraient moins à l’aise. Donc il y en aurait moins. »

Que dit la loi ?

Plusieurs textes officiels réglementent les périodes de taille de haies et bosquets. Le code rural interdit ainsi aux agriculteurs toute taille de haies et d’arbres en métropole entre le 1er avril et le 31 juillet en métropole (article 4 de l'arrêté du 24 avril 2015). Au niveau européen, la Politique agricole commune (PAC) leur interdit aussi de tailler les haies bocagères du 16 mars au 15 août.

En Alsace, deux arrêtés préfectoraux (du 15 mars 2002 dans la Bas-Rhin et du 7 mai 2012 dans le Haut-Rhin) interdisent également l’entretien ou la destruction de haies , dans les prairies, champs, vignes ou en bordure de cours d’eau. Les jardins des particuliers ne sont donc pas concernés. "Nous aimerions que ces restrictions soient élargies à tout type de haies, y compris en ville, dans les jardins privés", réclame la LPO Alsace.

Gare toutefois aux espèces animales protégées, et là tout le monde est concerné : toute destruction, altération ou dégradation d'habitats d'espèces protégées constituent un délit, passible d’une de 3 ans de prison et 150 000 € d'amende (article L. 415-3 du Code de l'environnement).

Les plus zélés défenseurs de la biodiversité peuvent d’ailleurs signaler les éventuelles infractions constatées via la plateforme sentinelles de la nature.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité