Pouvoir d'achat : le prix des sapins va-t-il flamber pour Noël ?

Publié le

En Alsace, la réponse à la question "Le prix des sapins de Noël va-t-il flamber chez vous, cette année ?" varie en fonction des producteurs. Certains vont vendre leurs Nordmann et épicéas entre 2 et 5 euros plus chers. D'autres préfèrent maintenir les prix de 2021 pour garder leur clientèle.

L'été 2021 a été chaud pour les cultures de sapins en Alsace. Trop chaud même et par conséquent toutes les exploitations ont connu entre vingt et trente-cinq pour cent de pertes. Un exploitant de Geudertheim dans le Bas-Rhin avait même perdu quatre-vingt pour cent de ses jeunes plants. 

En cette fin novembre, la météo a bien changé : certains producteurs souffrent plutôt d'un excès d'eau dans leurs rangées d'épineux. "Chez moi, le sol est détrempé suite aux pluies et comme il est argileux, limoneux " explique Valentin Spieler, producteur à Haguenau, dans le nord de l'Alsace. "on ne peut pas traîner les arbres au sol. Une fois coupés, il faut les porter sinon ils se couvrent de glaise ! C'est le dos qui en pâtit."

Malgré tous les contretemps, ce producteur bas-rhinois ne va pas augmenter ses prix cette année. "On ne peut pas les augmenter, sinon on ne vend plus ! Le client ne peut pas payer plus cher dans tous les domaines. Je vais donc garder les mêmes prix que les deux années précédentes."

On ne peut pas essorer les gens dans tous les domaines

Chez Valentin Spieler, les sapins les plus chers, les Nordmann, seront vendus, comme en 2020 et en 2021, entre 7 et 75 euros. 7 euros pour les petits entre 40 et 50 cm de haut, ceux de 1,50 mètre feront 25 euros, les 2 mètres, 60 euros et ceux de 4 mètres de haut seront vendus à 75 euros. Les épicéas, dont les aiguilles tiennent moins longtemps, seront un peu moins chers.

Cet exploitant sait qu'il va perdre un peu d'argent, mais précise-t-il "on ne peut pas essorer les gens dans tous les domaines."

Certains de ses confrères ou concurrents vont cependant augmenter un peu leurs tarifs et se justifient : "Même si on ne répercute pas les pertes dues à la chaleur, le carburant a augmenté, donc les livraisons seront forcément plus chères."

Dans le Haut-Rhin, Grégory Hell, troisième génération de producteurs de sapins, a fait son choix en famille. "On a constaté une légère augmentation dans certains points de vente, mais nous, on a décidé de maintenir les prix de l'an dernier. "

Pour éviter de perdre trop d'argent, ils ont quand même opté pour moins de tailles différentes. "C'est la taille des arbres qui détermine le prix" explique le producteur haut-rhinois, "avant, on n'était pas très regardant, maintenant, on ne peut plus faire de cadeaux."

Car à ses 20 % de pertes, liées aux grosses chaleurs et au manque d'eau de l'été, s'ajoute la flambée des prix des consommables de l'automne. "On importe de nombreux produits, comme les filets pour emballer les sapins, les élastiques, les étiquettes... tout cela a pris 25 à 30 % ces derniers mois." Or les Hell vendent environ 1000 sapins de Noël chaque année, alors il en faut des filets, des élastiques et des étiquettes. 

Pour avoir un beau sapin à vendre, il faut compter sept ans de patience, mais le jeune exploitant ne se plaint pas, il dit avoir la chance de travailler en famille et de ne pas avoir à payer de charges salariales, alors il va garder les prix de l'année passée pour ses sapins.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité