Ardennes : la forêt dévastée après les recherches d'Estelle Mouzin à Issancourt-et-Rumel, plus de bois de chauffage disponible

Publié le
Écrit par Vincent Ballester
Le terrain dévasté où se trouvait autrefois la portion de forêt sous laquelle a été recherché le corps d'Estelle Mouzin.
Le terrain dévasté où se trouvait autrefois la portion de forêt sous laquelle a été recherché le corps d'Estelle Mouzin. © Nicolas Robertson, France Télévisions

Les recherches entreprises à Issancourt-et-Rumel pendant l'été pour retrouver le corps d'Estelle Mouzin ont dévasté la forêt locale. Le bois qui a été abattu a été transformé en copeaux, alors qu'une partie de la population locale comptait s'en servir pour se chauffer, comme chaque année. Et ce alors que le prix de l'énergie a fortement augmenté.

Plus de bois pour se chauffer, à Issancourt-et-Rumel (Ardennes). Plusieurs hectares de forêt (centenaire) ont été abattus dans le cadre des recherches du corps d'Estelle Mouzin

La population locale comprend évidemment le caractère impératif, nécessaire, de ces recherches menées pendant l'été 2021; et ne les remet pas en question. Mais pourquoi donc, se demande-t-elle, avoir fait disparaître si vite les troncs abattus ?

Comme chaque année, le tiers des gens du secteur voulait utiliser ce bois pour se chauffer. Mais il a été très rapidement débité en copeaux et expédié ailleurs. La décision suscite de la peine alors que le prix de l'énergie a fortement augmenté.
 

Christian Medeau va devoir trouver un autre moyen de se chauffer. Il se servait ici en bois depuis 40 ans. "Où va-t-on trouver du bois ? Certes, la commune a encore des bois. Mais c'est tout de même une grande partie qui a disparu sans qu'on puisse y avoir accès..."

Le préjudice est aussi visuel. Le jardin de Michelle Jélu donne sur cette forêt. Ou plutôt donnait : c'est maintenant un véritable terrain vague. "Quand je vais dans mon terrain, la vue qu'il y a derrière, ce n'est pas beau. Ils ont cassé la nature."  Pour elle et pour d'autres qui aimaient les balades forestières, il va falloir trouver un autre endroit.

Conséquences économiques

Autre conséquence, pécuniaire celle-là : la municipalité va devoir avancer les fonds pour la remise en état du terrain. Et pas le ministère. Coût de la facture pour le maire Ghislain Debaiffe-Raboin : des dizaines de milliers d'euros. "C'est choquant de voir notre forêt, qu'on a toujours connu, sans cet état."

Il va falloir établir un devis. "Je ne sais pas quand ils vont me rembourser après que j'ai déposé une facture acquittée. Un mois ? Six mois ?" 
De plus, la commune aura un manque à gagner à cause de tous ces troncs qu'elle ne vendra pas aux entreprises et particuliers. Jusqu'à 80% de cette forêt se situait à Issancourt-et-Rumel : on imagine le préjudice financier.

La forêt devrait mettre au moins une décennie à se régénérer. 
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.