Charleville-Mézières : 30 km/h, pistes cyclables… les habitants invités à se prononcer par référendum dimanche

Publié le Mis à jour le
Écrit par Matti Faye
Le projet envisagé pour le carrefour du pont des Deux Villes.
Le projet envisagé pour le carrefour du pont des Deux Villes. © Ville de Charleville-Mézières

Dimanche 28 novembre, les électeurs de Charleville-Mézières sont invités à se rendre aux urnes. Ils devront se prononcer par référendum sur le projet de réaménagement des mobilités dans la ville.

"Êtes-vous favorable à l'adoption du 'Schéma des mobilités participatif et durable' ?" Voilà la question à laquelle les électeurs de Charleville-Mézières, dans les Ardennes, vont devoir répondre par référendum.

Le scrutin, programmé dimanche 28 novembre, est la dernière étape d'un processus de plusieurs mois débuté par une consultation en ligne des habitants, et poursuivi lors de plusieurs réunions publiques. 

Derrière cette terminologie un peu obscure de "schéma des mobilités" se cache en réalité une nouvelle organisation de la circulation. "On doit aujourd'hui faire une place à toutes les mobilités dans notre ville. Il y a matière à travailler sur plus de sécurité pour les piétons, pour les vélos, pour plus de fluidité pour les voitures. On peut trouver un équilibre", justifie le maire Les Républicains de la ville, Boris Ravignon.

Ce référendum faisait partie de ses promesses de campagne. Même s'il a été réélu très largement dès le premier tour en mars 2020, il souhaitait consulter directement les habitants sur cette question. "Cela fait plusieurs décennies, je crois, qu'on évoque ce nouveau plan de circulation. Nous avons décidé de l'inscrire dans le programme et de le conduire dès la première année de mandat. On avait acté un engagement sur la manière de le faire. Bien sûr, ce sera une démarche concertée, et au bout du compte ce sont les Carolomacériens qui trancheront", explique l'élu.

"Nous ne sommes pas dans l'idéologie anti-voiture. Je suis convaincu qu'il n'y a pas de piétons, d'automobilistes ou de cyclistes. Il y a des gens qui à un moment donné dans la journée sont cyclistes, peuvent devenir piétons, ou sont automobilistes et ensuite piétons, ou prennent les transports en commun, poursuit-il. Il n'y a pas de raison de dresser les uns contre les autres […] Notre projet est vraiment d'essayer d'avoir un schéma qui permette à tous de trouver leurs mobilités."

La majorité des rues à 30 km/h

L'un des piliers du projet, consultable en ligne, est que 85 % des axes de circulation passent à 30 km/h. "On garde à l'inverse des axes structurants à 50 km/h", précise Boris Ravignon. Cette mesure est voulue "pour un motif de sécurité" et "pour faire une place au vélo dans notre ville", selon l'élu.

Si le projet est adopté, plusieurs carrefours seront réaménagés. "On avait un plan de circulation qui avait des carrefours organisés par rapport aux flux qu'on connaissait dans les années 1970. Donc cinquante ans plus tard, les flux ont complètement évolué", justifie le maire.

Le carrefour de la voie rapide et de l'avenue Charles-de-Gaulle et celui du pont de Montcy conserveraient leurs feux tricolores, mais seraient réaménagés pour donner davantage de sécurité aux vélos et aux piétons. Et deux deviendront des ronds-points : celui des Droits de l'Homme et celui du pont des Deux Villes, entre Charleville et Mézières.

Une ville "100 % cyclable"

Le projet veut rendre la ville "100 % cyclable" en maillant le territoire de nouveaux aménagements destinés aux vélos. Le cédez le passage cycliste aux feux rouges doit également être généralisé.

Les piétons sont également concernés. Outre "verbaliser davantage le stationnement et l’arrêt des véhicules motorisés sur les passages piétons, les trottoirs et les bandes cyclables", la ville veut aussi dépasser le nombre de 1 000 bancs publics.

Plusieurs endroits vont subir des aménagements pour les rendre davantage accessibles aux personnes à mobilité réduite. "Par exemple notre place Ducale, recouverte de pavés, est aujourd'hui un endroit épouvantable pour les personnes à mobilité réduite […] On va réintervenir y compris sur la plus belle place de la ville pour donner de l'accessibilité", indique Boris Ravignon.

Les transports en commun ne font pas partie du référendum. Ceux-ci relèvent en effet de la compétence de la communauté d'agglomération. Le référendum, lui, ne concerne que les électeurs de la ville de Charleville-Mézières. Mais les propositions recueillies lors de la phase de concertation ne sont pas pour autant perdues, précise le maire. "On a une négociation de la nouvelle délégation de service public, qui commence dans un an. On transmettra ces remarques là", promet-il.


Qui vote ?

Les électeurs inscrits sur les listes électorales de la ville de Charleville-Mézières au 5 novembre 2021 peuvent participer au scrutin. Celui-ci est ouvert aux personnes de nationalité française tout comme celles détentrices de la nationalité d'un pays membre de l'Union européenne, et déjà autorisées à participer aux élections municipales. 

Où voter ?

Il faut se rendre dans son bureau de vote habituel, muni d'une pièce d'identité et si possible de sa carte d'électeur. Vous pouvez vérifier votre bonne inscription sur les listes électorales sur le site service-public.fr

Quand voter ?

Les bureaux de vote gardent les mêmes horaires que pour les autres élections. C'est-à-dire de 8h à 18h sans interruption. Le vote a lieu dimanche 28 novembre. Un seul tour de scrutin est nécessaire.

Quand seront connus les résultats ?

Les résultats seront communiqués dès le dimanche soir, au bureau centralisateur salle Nevers. Si la participation dépasse les 50 %, le référendum sera décisionnel, comme le prévoit le code général des collectivités territoriales. Il aura alors le même poids qu'une décision prise par le conseil municipal de la ville.

Si la participation n'atteint pas ce seuil de 50 %, il n'aura qu'une valeur consultative. "Sur la participation, cela risque d'être difficile. L'engagement que l'on prend, c'est de respecter le sens de la consultation, en conseil municipal. On respectera l'indication qui nous aura été donnée, avec on l'espère la participation la plus importante possible. Mais c'est l'inconnue de ce scrutin", reconnaît Boris Ravignon.

Quant au calendrier de réalisation des différents projets, "la priorité est de réaliser l'essentiel de nos travaux d'ici à la fin du mandat", indique le maire. Mais le schéma des mobilités en lui-même est prévu "pour dix ou quinze ans".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.