Charleville-Mézières : un cheval pour la collecte des déchets recyclables

Ecologique, économique et sympathique, la communauté de commune Ardenne Métropole teste l'hippomobile pour ramasser les sacs de tri sélectif dans certains quartiers de Charleville-Mézières. Deux chevaux ardennais font la tournée de ramassage pour le plus grand plaisir des habitants.
 

A Charleville-Mézières, le ramassage des sacs de tri peut se faire avec l'aide de chevaux ardennais dans certains quartiers de la ville.
A Charleville-Mézières, le ramassage des sacs de tri peut se faire avec l'aide de chevaux ardennais dans certains quartiers de la ville. © Daniel Samulczyk, France3 Champagne-Ardenne
Le jour se lève à peine dans les rues glacées du quartier de Mohon ce mardi 10 décembre 2019. La voix d'un homme et le claquement des sabots résonnent entre les maisons blanchies par les moins 2 degrés affichés. Dans le brouillard, l'image surréaliste d'un charretier conduisant un attelage de chevaux a de quoi surprendre les habitants.
Georges, le charretier, et ses deux rippeurs à l'arrière, assurent la collecte des déchets recyclables avec leurs chevaux
Georges, le charretier, et ses deux rippeurs à l'arrière, assurent la collecte des déchets recyclables avec leurs chevaux © Daniel Samulczyk, France3 Champagne Ardenne

Georges, cocher-charretier de métier, conduit de sa voix forte, ses deux énormes chevaux ardennais: Axel, 9 ans, une tonne sur la balance, et Upsy, 13 ans, deux cents kilos de plus. Leurs pas lourds entraînent sur les pavés verglacés de la rue principale l'hippomobile, cet étrange cortège, qui avec ces deux ripeurs accrochés à l'arrière en mode acrobates, a tout d'un camion poubelle, le moteur polluant en moins. Leur mission du matin: faire la tournée de ramassage des sacs de tri des déchets recyclables dans ce secteur de Charleville-Mézières.   


Une "deux chevaux" à qui il faut parler

La consigne de départ est claire pour Georges le meneur de chevaux: "si vous voulez approcher Axel et Upsy sans les effrayer, il va falloir leurs donner quelques friandises, (qu'il nous tend), et surtout leur parler en les regardant." Les deux compères semblent vraiment d'accord pour cette formalité de présentation.  

Pour ces deux athlètes habitués aux gros travaux, l'hippo-benne tractée en remorque derrière eux n'est pas un problème, ils en ont sous le sabot. C'est parti pour cinq heures de travail et treize kilomètres de rues.
Axel, Upsy et Georges sont les vedettes du quartier pendant le ramassage des poubelles à Mohon
Axel, Upsy et Georges sont les vedettes du quartier pendant le ramassage des poubelles à Mohon © Daniel Samulczyk, France3 Champagne Ardenne


Georges nous rassure sur ses deux protégés :

Là, on a une masse de deux tonnes de chevaux, alors, sachant qu'un cheval peut tirer trois fois son poids en plein effort, on peut leurs accrocher six tonnes à l'arrière si on voulait.
- Georges villeval, cocher-charretier avec des chevaux ardennais à Charleville-Mézières


"L'hippo-benne, c'est une fabrication spécifique avec relevage hydraulique. On peut y mettre jusqu'à deux tonnes de chargement, mais là, (avec les sacs de tri de recyclage), c'est surtout du volume.  Il n'y a que trois cents kilos dans la benne. Pour Axel et Upsy, habitués au marché de Noël, ce n'est rien à tirer."
 

Trier, collecter, transporter, le tiercé gagnant

A partir du 10 décembre 2019, on pourra donc croiser cet équipage bien singulier dans un des quatre secteurs de la ville. L'objectif d'Ardenne Métropole est simple: sensibiliser les usagers à la problématique du tri dans les endroits où ce n'est pas encore devenu une habitude. L'image du cheval tractant une benne peut même éventuellement inciter les personnes à réduire le poids de leurs ordures ménagères.
Le poids de nos déchets ménagers, une responsabilité que l'on fait, quelquefois, porter par d'autres
Le poids de nos déchets ménagers, une responsabilité que l'on fait, quelquefois, porter par d'autres © Daniel Samulczyk, France3 Champagne Ardenne


En parallèle des camions de services qui continuent leurs tournées habituelles pour tous les autres déchets, l'utilisation de l'hippomobile véhicule une belle image de la nature préservée. Le bruit des sabots remplace ainsi le vrombissement des moteurs diesels, et leurs déplacements à pas feutrés redonnent du silence à la rue. De plus, la présence de chevaux ardennais au service du public fait naturellement la promotion de la race au quotidien.

Entre deux changements de pas dans la rue Etienne Dolet, Georges stimule avec de grands gestes ses deux équidés. Des jets de vapeurs s'échappent de leurs naseaux, les effets de la pente se font sentir. Il reprend: "On va voir si on répond aux besoins du marché, on est en test en ce moment, mais les gens adorent nous voir passer".

On ne remplace pas la mécanique pour l'instant, on fonctionne sur " le dernier kilomètre" en quelques sortes, celui qui consomme le plus, celui qui pollue le plus.
- Georges Villeval, cocher-charretier à Charleville-Mézières 


Le spectacle est dans ma rue

Les grands sacs plastiques transparents remplis de papiers et de cartons attendent, tous alignés sur le trottoir, leurs derniers tours de pistes. Betty et David ont déposé également les leurs devant chez eux, et attendent le passage de l'hippomobile.
Quand on vient chercher vos poubelles en carrosse, la corvée devient très vite un spectacle
Quand on vient chercher vos poubelles en carrosse, la corvée devient très vite un spectacle © Daniel Samulczyk, France3 Champagne Ardenne


La corvée du va et vient des poubelles est devenue une petite attraction bien sympathique. David salue les rippeurs au travail et nous livre son sentiment: "C'est la première fois qu'on voit ça. On avait eu un prospectus dans la boîte aux lettres nous expliquant que le ramassage allait se faire avec des chevaux. C'est sympa, ça change du camion".


Nous, on faisait déjà du tri depuis quelques années, mais si on peut voir les chevaux régulièrement, ça peut nous aider à continuer.
Ça pollue déjà moins que le camion diésel qui passe dans la rue, c'est marrant. Là, les enfants sont à l'école, mais ça pourra être sympa de leur montrer prochainement.
- David Léon, habitant de la Etienne Dolet à Charleville-Mézières
 

Pour le tri, une seule allure: le galop

Axel, Upsy, Georges et ses deux rippeurs,  seront en expérimentation durant un mois  à Charleville-Mézières et ensuite à Sedan. Si l'idée de les rencontrer un beau matin, vous trotte dans la tête, sachez qu'ils seront au travail:
 
Le jeudi 12 décembre quartier Bois Fortant
Le mardi 17 décembre quartier du Theux
Le jeudi 19 décembre à Etion
Le mardi 24 décembre à Mohon
Le jeudi 26 décembre à Bois Fortant
Le mardi 31 décembre au Theux
Le jeudi 02 janvier 2020 à Etion
 
Axel et Upsy, deux beaux ardennais au service de l'environnement et du tri sélectif
Axel et Upsy, deux beaux ardennais au service de l'environnement et du tri sélectif © Daniel Samulczyk, France 3 Champagne Ardenne




  

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société animaux nature