Cet article date de plus de 6 ans

La centrale EDF de Chooz à nouveau condamnée pour rejet d'acide sulfurique

Le tribunal de police de Charleville-Mézières a condamné la centrale de Chooz à près de 10.000€ de dommages et intérêts et frais de procédure suite à une fuite d'acide sulfurique dans l'environnement.
© France 3 Champagne-Ardenne
EDF a été reconnu coupable de plusieurs infractions à la réglementation relative aux installations nucléaires.

Les associations qui avaient porté plainte, "Sortir du Nucléaire", Nature et Avenir et France Nature Environnement s'estiment satisfaites du délibéré. Pour elles, cela permet de dire que chaque citoyen a son mot à dire en cas d'infraction, même face à un grand groupe comme EDF.

En juillet 2013, 80 litres d'acide avait été déversés en huit jours dans l'environnement. Et ce n'est pas la première fois qu'une telle fuite survient. En décembre 2011, entre 250 et 600 litres d'acide sulfurique avait été déversés chaque jour dans la Meuse pendant vingt-trois jours. Une fuite incontrôlée pour laquelle EDF avait déjà été condamné en juillet 2014.

A l'origine de ces déversements, une fuite dans le circuit de traitement antitartre à l'acide sulfurique de la tour de refroidissement du réacteur.

Voir notre reportage dans le JT 12/13 du mercredi 21 janvier 2015 :

durée de la vidéo: 00 min 49
La centrale EDF de Chooz à nouveau condamnée pour rejet d'acide sulfurique

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire justice