Aube : deux antiquaires achètent une statue de Vierge volée dans une église, ils la restituent à sa commune

Deux antiquaires ont acheté en janvier 2021 une statue de la Vierge datée du XVIe siècle et ont découvert qu'elle avait été volée en 1990. Ils l'ont restituée à la commune de Longpré-le-Sec (Aube), propriétaire du bien, le mercredi 1er septembre.
La statue volée, photographiée à gauche, et retrouvée des années plus tard, à droite.
La statue volée, photographiée à gauche, et retrouvée des années plus tard, à droite. © Archives & Pierre Brost

L'affaire de cette statue volée datant du XVIe siècle aurait pu se retrouver dans l'émission de Sophie Davant, Affaire conclue, qui présente de beaux objets retrouvés à la valeur inestimable. Mais c'est lors d'une simple vente aux enchères que cette Vierge à l'enfant a trouvé preneur. Pierre Brost, antiquaire à Troyes (Aube) raconte cette aventure qui est encore loin d'être terminée. Mais dont une étape a été franchie, ce mercredi 1er septembre à 19 heures, avec sa restitution à la commune de Longpré-le-Sec (Aube). 

Cet antiquaire expérimenté est natif et domicilié à Troyes. Mais il travaille à Paris (Île-de-France) avec son confrère Pierre-Fréderic Benoît, fondateur de la galerie La Sculpture Françoise. Cette dernière est à l'origine de l'achat d'une sculpture de la Sainte-Vierge du XVIe siècle lors d'une vente publique, en janvier 2021.

"Une belle statue de la Vierge, estimée à plusieurs dizaines de milliers d'euros", explique Pierre Brost à France 3 Champagne-Ardenne. "Nos recherches nous ont fourni les preuves que cette œuvre provient de l'église de Longpré-le-Sec [apparaissant sur la vue panoramique ci-dessous; ndlr] et qu'elle est répertoriée comme étant volée."
 



C'est alors que commence, pour les deux amateurs d'art, la reconstitution de l'histoire de cette statue. Elle est datée du "Beau XVIe [siècle] champenois", une époque prolifique pour la statuaire dans la région de l'Aube. Elle est vendue aux enchères dans une étude en région. "L'œuvre était expertisée et était même publiée dans la gazette Drouot. Nous nous lançons alors dans les recherches, en regardant d'abord dans l'entourage du maître de Chaource. Nous nous concentrons sur les Vierges dites couronnées. Comme d'habitude, nous recherchons des points de comparaison dans les statues proches, et consultons donc un des livres de référence, en l'occurrence le catalogue du beau XVIe."

On y lit un article de Geneviève Bresc-Bautier, intitulé Autour de la Vierge à l'enfant de Rouvroy, qui évoque les recherches de Koechlin et Marquet de Vasselot réunissant plusieurs statues de haute qualité pouvant provenir d'un même atelier. "Parmi elles est mentionnée la Vierge du portail de Longpré-le-Sec, non illustrée. Mais qui apparaît heureusement d'une simple recherche Google Images, ou directement sur la base Palissy. C'est seulement une petite photo en noir et blanc mais le visage a un air familier, et le port de tête et des similarités de drapé sautent aux yeux", précise Pierre-Frédéric Benoît. 
 

Détails de la statue dans la voiture qui la ramène vers son lieu d'origine.
Détails de la statue dans la voiture qui la ramène vers son lieu d'origine. © Pierre Brost


Répertoriée comme volée

"Ayant alors acquis une quasi-certitude, nous prévenons un contact au service du patrimoine, qui alerte les archives de l'Aube et la direction des musées de Troyes. Ceux-ci répondent deux jours après avec de bien meilleures photos, prises avant la Première Guerre mondiale, et qui ne laissent plus de doute. Il s'agit d'une statue classée monument historique, qui se tenait au-dessus de la porte de l'église Saint-Pierre de Longpré-le-Sec. Elle est présente dans la base Palissy et bien répertoriée comme volée."

Plus précisément depuis le début des années 90. Cependant, elle ne serait pas sur la base Interpol. Et d'autre part, une différence de taille significative existe entre la réalité et les données de Palissy : 93 cm avec la couronne en réalité, contre 169 cm dans la base. D'autres différences, l'absence de main et le badigeon, ne correspondent qu'à un état plus ancien. 
 

Les antiquaires Pierre Brost et Pierre-Fréderic Benoît (gauche et droite), avec le maire Alexandre Mocquart (au centre).
Les antiquaires Pierre Brost et Pierre-Fréderic Benoît (gauche et droite), avec le maire Alexandre Mocquart (au centre). © L'Est Eclair


Pierre-Frederic Benoist a reçu au mois d'août une demande de restitution officielle. Il a donc contacté Alexandre Mocquart, le maire de cette commune de 89 âmes. Il était ravi et très surpris, lui annonçant que des travaux étaient prévus dans l'église paroissiale qui possède plusieurs oeuvres remarquables.
 

Convoi historique

La statue a été rendue officiellement le 1er septembre. Pierre Brost était dans le convoi (à savoir une simple voiture... avec un grand coffre tout de même). "Les gens attendaient avec impatience, ils n’y croyaient pas tellement c’était improbable, le retour de cette vierge qui était au-dessus du portail. C’était la protectrice du village, où elle trônait au milieu. Une dame avait découvert le vol, c'était la femme de l’ancien maire, affolée. Ça avait été un drame. Alors aujourd'hui, la joie était grande."

"Le maire racontait qu'il y a deux semaines, il en parlait avec les gens du village, qu'il fallait faire pour occuper le trou où se trouvait la statue, un moulage en plâtre par exemple. On est allé à la mairie à 19 heures, on l’a sortie de la voiture, et maintenant ils vont la restaurer."
Un pot au champagne avec visite de l’église a conclu cette épique soirée. 
 

La statue volée est ramenée à bon port... ail.
La statue volée est ramenée à bon port... ail. © Pierre Brost


"On n’était pas obligé, on pouvait ne rien signaler et la vendre à l’étranger. Cela est évidemment impensable pour nous, et c'est un vrai bonheur de restituer cette belle Vierge couronnée. On apprend chaque jour des vols et cela fait mal au coeur. Les frais de vente aux enchères vont être remboursés par le commissaire-priseur. Et le prix de la statue par le vendeur qui a mis l’objet en vente. Mais c'est une affaire qui est loin d’être terminée. Il doit y avoir des traces. On va peut-être retrouver l’auteur du vol. La personne qui l’a achetée pourrait également se faire rembourser..."
 

Restauration et financements

Sollicité par France 3 Champagne-Ardenne, le maire de la commune dit être aux anges. C'est une heureuse surprise pour Alexandre Mocquart de retrouver cette statue. "C'est la première fois que je vois quelque chose comme ça... Pour l'instant, elle se trouve à la mairie, dans une salle fermée." C'est vrai qu'il serait dommage qu'un second vol survienne. "On va contacter la Drac [direction régionale des affaires culturelles; ndlr] pour la restaurer."

Pour prévenir d'ultérieures tentations malavisées, la statue sera à nouveau déposée dans son portail via "un procédé indéboulonnable". Mais la restauration prendra longtemps, des mois au bas mot. "Elle a été altérée avec le temps, par les déplacements..." La main de la Vierge avait notamment été restaurée précédemment, mais il n'en reste plus rien. Le petit Jésus est également manchot. 

"C'est beau de rencontrer des personnes honnêtes. La statue fait 30.000 euros, ils auraient pu la garder. Ça fait plaisir de voir ça en ces temps difficiles." Un véritable "miracle", pour le maire, qui tient aussi à saluer "le travail de fourmi fourni par l'État pour authentifier et retrouver la trace de cette statue. On a tendance à souvent critiquer. Mais là, les habitants sont ravis." Cette statue revient au bercail alors que le village compte remettre à l'honneur sa vieille église : une manifestation de la volonté de la population communale. La Fondation du patrimoine doit être contactée pour financer les travaux.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite patrimoine culture