Aube : des milliers de foyers privés d'accès accès à Internet, quatre nœuds de raccordement optique vandalisés

Publié le Mis à jour le

Dimanche 27 février, dans l'Aube, des câbles Internet ont été sectionnés dans quatre locaux techniques où sont installés les équipements liés à la fibre optique, assurant le très haut débit. Les secteurs de Brienne-le-Château, Lesmont, Chavannes et Ramerupt sont concernés par ces actes.

Ce dimanche 27 février, quatre nœuds de raccordement optique installés dans le cadre du déploiement du réseau internet à très haut débit ont été vandalisés sur le territoire aubois, indique un communiqué de la Région Grand Est.

Des milliers de clients touchés

Dans l'Aube, les secteurs de Brienne-le-Château, Lesmont, Chavannes et Ramerupt sont concernés par ces actes. Des milliers de foyers n'ont plus accès au réseau.

"Les dommages constatés concernent le réseau de collecte (fibre entre un nœud de raccordement optique et ses différents sous-répartiteurs) sur lequel plusieurs câbles ont été sectionnés", explique le communiqué. "Les travaux de réparation sont à minima estimés à 350 000 euros pour près de 300 mètres de fibre de collecte à tirer à neuf."

Des techniciens de maintenance sur place

"Dès le dimanche soir, la société Losange a dépêché des équipes de maintenance sur les lieux pour constater les dégâts. Devant l’ampleur des dégradations, d’autres équipes ont été appelées en renfort", précise la Région.

La société Losange a par ailleurs porté plainte auprès de la gendarmerie. Jean Rottner, président de la Région Grand Est réagit : "ces actes sont inadmissibles et ont de lourdes conséquences pour les milliers de clients concernés par la rupture du réseau. De tels sabotages ne peuvent rester impunis et nous engagerons les moyens nécessaires pour trouver les responsables".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité