Cet article date de plus de 4 ans

Romilly-sur-Seine : une entreprise recrute pour fabriquer des sandwiches haut de gamme

Au pays de la bonneterie, on recherche des petites mains dans l'agro-alimentaire. Une entreprise de fabrication de sandwiches haut-de gamme doit être opérationnelle cet été à Romilly-sur-Seine. 20 personnes dont les cadres sont déjà recrutées, 65 opérateurs de production sont en phase de sélection. 
Une entreprise de l'Aube recrute pour fabriquer des sandwiches haut de gamme. L'entreprise doit être opérationnelle cet été à Romilly-sur-Seine. Pour l'heure, elle recherche 65 opérateurs de production, et, 210 d'ici 5 ans si tout va bien. ©France 3 Champagne-Ardenne
Une entreprise de l'Aube recrute pour fabriquer des sandwiches haut de gamme. L'entreprise doit être opérationnelle cet été à Romilly-sur-Seine. Pour l'heure, elle recherche 65 opérateurs de production, et, 210 d'ici 5 ans si tout va bien.

La dextérité des candidats est recherchée par l'entreprise So Fast So Good puisqu'elle lance une campagne de recrutement par simulation. Les candidats doivent remplir des boites ou des casiers en équipes, le plus rapidement possible et sans se tromper.
Plusieurs dizaines de demandeurs d'emploi, notamment des plus de 40 ans, sont sur les rangs pour postuler.

Cette méthode de simulation de Pole Emploi pour le recrutement a été retenue par l'entreprise So Fast So Good, car il est prouvé qu'elle limite le turn-over à la suite d'embauches en nombre et le CV n'est ainsi pas la clé. 

S'ils sont retenus, les futurs opérateurs de production travailleront dans un nouveau bâtiment de 3 500 m2 situé sur la zone de la Communauté de Communes des Portes de Romilly, Aéromia. Deux chaînes de production devraient être opérationnelles d'ici la mi-juillet sur lesquelles ils fabriqueront des burgers et des sandwiches surgelés micro-ondables que l'on nous promet de qualité supérieure.

Le marché serait mûr pour voir bien plus loin que 85 emplois. La société So fast So Good ne nie pas que les conditions de travail seront contraignantes, dans des locaux en grande partie réfrigérés, mais les salaires aux SMIG devraient être améliorés par des primes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi agro-alimentaire économie