Aube : une carte Pokemon vendue 9.600 euros aux enchères, un record en France

Une vente aux enchères de cartes Pokémon a eu lieu ce mardi 15 juin à Troyes. Une des cartes a été vendue près de 10.000 euros. Un record. 

Une vente aux enchères de cartes Pokémon a eu lieu à Troyes le 15 juin 2021
Une vente aux enchères de cartes Pokémon a eu lieu à Troyes le 15 juin 2021 © Clément Meunier/ France Télévisions

Une carte de jeu Pokémon, figurant Dracaufeu, un personnage dont le "souffle brûlant peut faire fondre la roche" a été vendue 9.600 euros. C’est désormais la carte Pokemon la plus chère jamais vendue en France. Mardi 15 juin, la Maison Boisseau-Pomez à Troyes organisait une vente aux enchères des célèbres cartes de jeu, l’occasion de voir les prix s’envoler. "C’est vrai, c’est une vente atypique, nous confiait le commissaire-priseur Léonard Pomez, juste avant la vente. Mais ce seront peut-être les ventes de demain, à l’image d’un tableau du 17ème."

Un acheteur rafle 4 cartes pour plus de 30.000 euros

Et dès le début de la vente, les enchères s’envolent. Si quelques jours plus tôt, une carte Pokemon avait été adjugée 7.800 euros à Drouot à Paris, cette fois le record monte à nouveau pour atteindre le prix record de 9.600 euros. Il s’agit d’une carte de Dracaufeu, l’un des personnages Pokemon emblématique, en parfait état. "Les cartes sont certifiées et celle-là avait un indice de qualité de 9/10, elle est de 1999, l’année d’origine des Pokemon, c’est un très beau lot", se félicitait Léonard Pomez.

Au total, 400 personnes ont suivi la vente en ligne dont l’acheteur de Dracaufeu qui a également raflé des cartes de "Florizard", "Mewtwo" et "Totank" pour un total de 30.000 euros. Sur place, certains avaient fait le déplacement comme un père et son fils venus de Paris. Ils sont repartis avec une carte de "Nidoking", achetée 5.600 euros.

Des ventes d’un nouveau genre destinées principalement aux 25-35 ans. "C’est leur génération, ils ont vu naître les Pokemon et aujourd’hui, ils ont un certain pouvoir d’achat", indique Léonard Pomez. Un sentiment partagé par Alison et son frère Jonathan, présents durant toute la vente. "C’est notre première vente aux enchères, ce sont des produits qui nous parlent et en ce moment, c’est la folie. Les magasins spécialisés sont dévalisés et nous avons du mal à les échanger, une telle vente est une aubaine", se réjouissent-ils. Une vente qui fera date et qui, c’est certain, en amènera d’autres sur un marché en plein essor. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loisirs sorties et loisirs