Cet article date de plus de 3 ans

Aube : un boulanger condamné à travailler moins !

Le temps de travail reste toujours un sujet clivant. Le boulanger de Lusigny-sur-Barse l'a appris à ses dépens qui ne décolère pas de devoir payer une amende de 3000 euros pour avoir travaillé sept jours sur sept l'été dernier. 

© Tiphaine Le Roux/ France 3 Champagne-Ardenne
La majorité de la profession n'est pas prête à faire évoluer la réglementation. L'exemple de ce boulanger est loin d'être isolé. 

Si pour Cédric Vaivre fabriquer son pain est un bonheur, il le fait avec une pointe d'amertume en ce moment.

Situé à proximité du lac d'Orient Cédric a ouvert son commerce  7 jours sur 7 l'été dernier. Ce boulanger  a été verbalisé et doit payer 3000 euros.

Deux arrêtés pris en 1994 et 2000  interdisent l'ouverture 7 jours sur 7 dans cette profession dans l'Aube mais jusqu'ici ils étaient appliqués avec une relative souplesse.

Comme son époux, la boulangère s'est résignée à payer l'amende, elle milite cependant pour qu'on modifie cette réglementation.

Reste que la clientèle du village comprend mal cette amende, une pétition soutenant le boulanger est en cours.

Interpellée par la Direction du travail, la Fédération patronale de la boulangerie a fait un sondage auprès de 126 professionnels.

Selon la Fédération d''autres enseignes ont été contrôlées et amendée. Elles ont payé sans faire de vagues.

La pétition est en ligne ici 

Le reportage de Tiphaine Le Roux :

 




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie