Ils empruntent un bus dans un dépôt des transports en commun et finissent au tribunal

Deux personnes seront présentes au tribunal correctionnel de Troyes (Aube), ce mercredi 6 septembre. Elles sont suspectées d'avoir volé deux bus des Transports en commun de l'agglomération troyenne (TCAT).

L'année 2023 a débuté d'une drôle de manière à Troyes (Aube). Quinze jours après le Nouvel An, le dimanche 15 et mardi 17 janvier, deux bus ont disparu d'un dépôt à Troyes (Aube).

Le minibus et le bus à accordéon concernés appartenaient à la société des Transports en commun de l'agglomération troyenne (TCAT). Le dépôt se situait rue aux Moines, dans le quartier des Vassaules.

Le quotidien régional L'Est-Éclair précisait à l'époque que le minibus avait été volé au soir, alors que le dépôt était toujours ouvert aux bus toujours en circulation. La balise GPS du véhicule a permis de le localiser et récupérer.

Le deuxième vol, celui de l'accordéon, a eu lieu plus tard, à minuit passé. Les grilles du dépôt ont été forcées. Le bus a été retrouvé non loin de là, en marge des jardins ouvriers de la commune limitrophe de Pont-Sainte-Marie (Aube, voir le dépôt sur la carte ci-dessous).

Deux hommes ont été arrêtés. Le parquet de Troyes leur reproche une entrée par effraction au sein du dépôt, le vol des deux véhicules, leur dégradation, et leur conduite sans disposer du permis D nécessaire à un tel exercice.

Un vol inédit

Visiblement, ils ont été capables de démarrer et conduire les véhicules malgré l'absence de ce permis. Sollicité par France 3 Champagne-Ardenne, le directeur général des TCAT, Jean-Pierre Gyéjacquot, pense (sans s'avancer) que "ce sont des gens qui devaient prendre le bus régulièrement et qui ont regardé comment faisaient les conducteurs. Peut-être qu'ils voulaient faire pareil. Il n'y a pas de clé sur un bus : il suffit de savoir comment faire pour le démarrer." Un tuto Youtube aurait aussi pu aider. Peut-être qu'il s'agissait de passionnés : le ou la juge ne manquera pas de les interroger à ce sujet. 

"Manifestement, ils sont passés dans des endroits où il n'était pas du tout évident de conduire. Donc ça signifie qu'il s'agit de gens qui ont des notions de conduite. Un bus, c'est le seul véhicule où vous êtes assis devant les roues. Il y a des déports énormes, il faut une certaine technicité. Je doute que ce soit des novices, car ils sont vraiment passés par des endroits très étroits." Le passage dans ces environs a d'ailleurs laissé des traces. "Il y a des dégâts, pas des gros : ça a accroché. On a retrouvé le minibus dans un endroit un peu chaotique : ça a frotté." Le bus à accordéon est concerné aussi.

"On a bien sûr dû dépenser pour réparer. En général, on n'est pas remboursé..." C'est l'une des raisons pour lesquelles la compagnie a porté plainte, outre "le portail fermé à clé qui a été forcé". La sécurité a été renforcée; à noter que le site est équipé de caméras de vidéosurveillance. Jamais un tel acte n'avait eu lieu, selon le directeur.

Le passage des deux compères devant la justice doit avoir lieu au tribunal correctionnel de Troyes. L'audience se déroule ce mercredi 6 septembre.