Troyes : "faire vivre les Nuits de Champagne malgré tout !"

Institution à Troyes depuis 1988, le Festival des Nuits de Champagne a bien failli être annulé cette année à cause du Covid. Les organisateurs ont décidé de tout faire pour pouvoir le maintenir en tenant compte du contexte actuel pour que la culture et la musique vivent malgré tout !
 
Le Groupe Global Network s'est produit lundi 19 octobre lors du Off Off Off des Nuits de Champagne au "Troyes Fois Plus".
Le Groupe Global Network s'est produit lundi 19 octobre lors du Off Off Off des Nuits de Champagne au "Troyes Fois Plus". © H. Carrasco
Des têtes et des bras qui s’agitent et qui remuent sur des corps... assis! Malgré l’envie débordante de danser et de chalouper, les spectateurs des Nuits de Champagne doivent rester visser sur leur siège ou banc comme ce lundi 19 octobre, dans la salle du Troyes Fois Plus qui accueille le groupe parisien Global Network.

« C’est particulier mais ca nous tenait à cœur d’être là, il faut soutenir le monde de la culture » s’enthousiasme Pauline ravie de pouvoir sortir de ce contexte morose le temps d’une soirée. Car si les Nuits vont prendre leur envol ce mardi 20 octobre avec les régionaux Louis Piscine, Bazbaz et Barcella, le festival a débuté ce week-end par le Off Off Off , l’occasion de découvrir des groupes en devenir dans des lieux plus intimistes.
 

S’adapter et continuer à faire vivre la musique

"C’est un vrai challenge, on a dû s’adapter encore au dernier moment par rapport aux conditions sanitaires. D’habitude, on se rend chaque soir dans un bar différent mais là, au vu du contexte, on a du revoir notre stratégie et placer bon nombre de concert au Quai une nouvelle salle qui accueille d’habitude du théâtre et où nous pouvons effectuer une distanciation tout en contrôlant les arrivées", reprend Gregory Blanchon membre du POLCA (Pôle Musiques Actuelles de Champagne-Ardenne) et programmateur du OFF.

Avant d’ajouter: "L’important, pour nous, c’était de pouvoir faire vivre la culture et d’accueillir les artistes." Un sentiment repris par Sylvain Tardy membre de la direction artistique du Festival. "On a dû s’adapter avec plus de local et cette envie de ne pas laisser les artistes sur le bord de la route. C’est aussi la possibilité pour les spectateurs de respirer un peu dans cette tristesse ambiante."
 
Le groupe Global Network a "savouré le plaisir de jouer", lundi 19 octobre
Le groupe Global Network a "savouré le plaisir de jouer", lundi 19 octobre © Arthur Urtilla
 

Le plaisir de découvrir de nouveaux talents

Et sur scène, à 19h pétante, le concert peut débuter. Dans un style soul/éléctro, le groupe Global Netword, plébiscité au dernier Printemps de Bourges, prend du plaisir et ça se voit ! "C’est tellement bon d’être sur scène, surtout dans le contexte actuel… Alors oui, on aimerait que les gens soient debout et dansent sur nos vibrations mais on prend déjà ce moment et on savoure le plaisir de jouer." Les deux compères, Loris Sasso et Nils Deschanski, sont complices sur scène, et peuvent faire découvrir leur univers. "Notre envie, c’est de faire des chansons touchantes avec des arrangements qui tabassent !" Et la mayonnaise prend vite avec les Parisiens qui sont sur le point de sortir leur deuxième EP.

Après une heure de show, le public sort convaincu et ravi. "Ça fait tellement du bien d’avoir ce moment à nous. C’est notre festival à Troyes ! On l’attend toute l’année, ça aurait vraiment été dommage d’en être privé. Les organisateurs s’adaptent et j’espère que cette édition marquera les esprits", conclut Maxime qui a prévu d’aller voir d’autres concerts cette semaine.

Cette édition 2020 des Nuits de Champagne sera différente, c’est certain, mais la musique continuera à vivre malgré tout.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture nuits de champagne musique