Bas-Rhin : en tournée avec Bruno Boissier, maître ramoneur, qui donne ses bons conseils pour se chauffer

Publié le Mis à jour le
Écrit par Judith Jung
Bruno Boissier en tenue traditionnelle. Le haut-de-forme est uniquement porté par les 33 maîtres ramoneurs français. Tous sont installés en Alsace.
Bruno Boissier en tenue traditionnelle. Le haut-de-forme est uniquement porté par les 33 maîtres ramoneurs français. Tous sont installés en Alsace. © Entreprise Boissier

Bruno Boissier est maître ramoneur depuis 30 ans. Installé à Niederbronn-les-Bains, il va de foyer en foyer pour entretenir poêles et chaudières et a toujours de bons conseils à donner pour éviter les feux de cheminées, toujours trop nombreux.

Quand on arrive dans l'atelier de Bruno Boissier, installé à Niederbronn-les-Bains (Bas-Rhin), c'est toute l'histoire du ramonage qui s'ouvre à vous. Maître ramoneur depuis 30 ans, Bruno Boissier connaît tout du métier. Une passion transmise de père en fils qu'il s'applique à perpétuer au quotidien.

On apprend qu'il y a des grades dans le métier. Bruno Boissier, lui, est maître ramoneur. Le plus haut niveau. Il y en a 33 en France et tous sont basés en Alsace. 

On y apprend aussi qu'une bonne partie des outils utilisés sont d'origine allemande, pays où le ramonage est une tradition. Et, information beaucoup plus sordide: sous l'occupation nazie, les ramoneurs servaient d'indics et aidaient à localiser les maisons dans lesquelles se trouvaient des personnes juives.

Bruno Boissier ne peut rien changer à ce pan de l'histoire qu'il n'a heureusement pas connu. Lui, se fait un plaisir de rencontrer les gens qui font appel à lui pour être en sécurité chez eux. 

"Nous avons du travail toute l'année" et si les entreprises et communes au sein desquelles il intervient ne posent pas de soucis, Bruno Boissier aimerait que la réglementation française se durcisse pour les particuliers. 

"Au sein des entreprises et des communes nous n'avons pas de réels problèmes. Les pompiers sont là pour tout vérifier comme le demande la commission de sécurité. Tout doit être aux normes et les feux sont quasi inexistants. Mais il faudrait améliorer la situation chez les particuliers" estime Bruno qui était également pompier pendant des années. 

En 2021, l'Alsace a recensé plus de 600 feux de cheminées. Des feux qui auraient, en partie, pu être évités si nous maîtrisions mieux les systèmes de chaudières et si la réglementation nous imposait l'interdiction d'utiliser notre chaudière ou poêle défectueux.

Dans son atelier, Bruno Boissier n'hésite pas à faire un peu de pédagogie. Car lui, ce qu'il aimerait c'est "arriver à zéro feu de cheminée". Sur son bureau un éventail de suies et de problèmes potentiels comme les chauves-souris séchées et les nids qui obstruent les conduits et empêchent le monoxyde de carbone de s'échapper où le bistre, autre dépôt problématique. 

"Voici le bistre qui est à l'origine (photo ci-dessus) de la plupart des feux de cheminées en Alsace. Prenez un 1 kilo de bois sec qui contient 18 à 20% d'eau". C'est l'équivalent d'un grand verre d'eau. "Si vous faite brûler ce bois sans un appel d'air suffisant vous allez créer une buée car la fumée ne dépassera pas les 95°C. Cette buée stagnante va se transformer en pâte dure comme de la pierre, c'est le bistre. Il peut monter jusqu'à 800-1000°C". 

Pour être serein, il faudrait vérifier les installations deux fois par an, avant et après l'hiver. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.