Après l'arrêt des travaux du contournement de Châtenois ordonné par le tribunal administratif de Strasbourg, la cour d'appel de Nancy a proposé une médiation le 20 juillet 2023. La Collectivité européenne d’Alsace en valide le principe sous réserve d'aboutir dans un délai rapide.

A l'arrêt depuis le 12 mai sur décision du tribunal administratif de Strasbourg, les travaux sur le contournement de Châtenois (Bas-Rhin) ne devraient pas reprendre de sitôt.L'association de protection de l'environnement Alsace Nature avait déposé un recours pour éviter la destruction d'espaces naturels sur ce projet d'aménagement de la route nationale 59. Sept hectares de zones humides vont être détruits selon eux.

Le 20 juillet, la cour d'appel de Nancy a proposé une médiation entre l'Etat, la Collectivité européenne d’Alsace et Alsace Nature. Une proposition validée ce 28 juillet par la CEA dans un communiqué "sous réserve que celle-ci puisse aboutir dans un délai rapide. L’objectif étant de reprendre au plus vite les travaux de la déviation de Châtenois."

Un "énorme coût"

"La Collectivité européenne d’Alsace reste cependant particulièrement préoccupée par les conséquences de cette décision qui laisse le chantier à l’arrêt pour l’instant.  Elle rappelle l’énorme coût que représente cet arrêt de chantier pour les finances publiques (surcoût immédiat de 1,7 M€ et de 255 000 € HT /mois d’arrêt de chantier) et le risque que fait peser cet arrêt sur la santé économique des entreprises qui y travaillaient, en particulier les nombreuses petites et moyennes entreprises intervenant en sous-traitance."

Et la collectivité, qui finance une grande partie des 60 millions d'euros que coûte le chantier tel qu'il aurait dû se dérouler, de rappeler : "le projet de déviation de Chatenois est non seulement un projet routier mais aussi un projet en faveur de l’environnement au sens large. Il intègre la protection des milieux naturels et des espèces protégées en particulier en proximité du Giessen. Ce projet apporte aussi une réponse aux problèmes de sécurité et de santé publiques (nuisances sonores, congestion routière, qualité de l’air,..) rencontrés quotidiennement par les riverains et les habitants de Châtenois. Il désengorgera la traversée de Chatenois et améliorera la desserte des deux vallées : Val d’Argent et Val de Villé. Les impacts sur l’environnement ont par ailleurs été limités et largement compensés à ce jour par la Collectivité européenne d’Alsace en application de l’arrêté préfectoral."

Reste maintenant à savoir si les différents acteurs arriveront à trouver un terrain d'entente.