EN IMAGES. Noël : il fabrique des crèches du monde entier et les expose dans sa cour

Publié le
Écrit par Karine Gélébart .

C'est un véritable voyage que Charly et Rosy Feigenbrugel proposent chaque année, à la période de l'avent, dans la cour de leur ferme d'Ittenheim (Bas-Rhin) : du Kenya à l'Ukraine, ils ont fabriqué 20 crèches du monde entier, qu'ils ouvrent à la visite.

"Chez nous, c'est Noël toute l'année!" Car leurs crèches, Charly et Rosy Feigenbrugel les fabriquent eux-mêmes. Il faut ensuite les installer, dans la cour de leur maison d'Ittenheim, mais aussi décorer toute leur propriété, ainsi que la rue dans laquelle ils vivent, l'impasse de l'Eglise. Et puis en janvier, démonter, ranger, trier... "Là, c'est le vide, le noir, un peu la déprime", reconnaît Charly.

Car d'aussi loin qu'il s'en souvienne, l'ancien coiffeur, qui s'approche des 80 ans, a toujours été passionné par les crèches. "Celle de mon enfance était en papier, à déplier pour l'installer. Je l'ai retrouvée il y a quelques années...".

Lui a commencé à fabriquer les siennes en 2008. Cette année-là, lui et son épouse sont contraints de mettre fin, pour raisons de santé, à leurs voyages annuels vers le Kenya, pays avec lequel ils ont créé un lien très fort à partir de 1993. "Nous sommes arrivés là un peu par hasard, en voyage touristique. Et on a vu la pauvreté, la misère, on s'est dit, il faut faire quelque chose..." De séjour en séjour, ils amènent des médicaments, du matériel, et construisent une école.

20 crèches autour de la première, africaine

En 2008 donc, fin des voyages. Mais l'envie de continuer à mettre ce pays en lumière, et aider ses habitants. "Nous avons créé une association, OKA (Orphelins du Kenya Ackerland). Et j'ai fabriqué ma première crèche, africaine." Elle trouve sa place dans le décor de Noël que le couple installe chaque hiver. Et peu à peu, d'autres crèches viennent s'ajouter, "de Forêt Noire, provençale, du Tyrol...", énumère le retraité.

Un tour du monde grâce aux figurines et éléments qu'il conçoit tout au long de l'année. Pour cette édition 2022, trois de plus complètent la collection, du Pérou, de Guinée... et d'Ukraine. Celle-ci est dans la ligne droite de l'esprit de solidarité avec lequel le couple veut partager sa passion pour les coutumes de la nativité.

Des dons pour le Kenya

"La visite de nos décorations et crèches est gratuite, nous ouvrons la cour tous les jours de 17h à 21h, et le week-end dès 16h, explique Charly. Nous attendons autour de 2.300 personnes jusqu'en janvier. Et nous proposons à chacun de laisser un don pour notre association. Nous avons certaines années récolté 2.000 euros..."

Depuis sa création, trois écoles supplémentaires ont été bâties au Kenya, de l'aide alimentaire est apportée au bidonville de Nairobi, des chaises roulantes ont pu être achetées pour des enfants handicapés.

Alors cette année, malgré les coûts de l'électricité qui s'envolent, la maison des Feigenbrugel s'illuminera chaque soir pour attirer les visiteurs. Près de 3.000 ampoules leds, que le couple éteint une heure plus tôt pour économiser un peu d'énergie. 

Seule concession à une passion qui les porte depuis leur mariage il y a 60 ans, et qui permet, à l'autre bout du monde, de contribuer à améliorer un peu le quotidien de petits Kenyans.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité