Deux militaires du 2e régiment de hussards de Haguenau tués au Mali

Le sergent Yvonne Huynh, 33 ans et le brigadier Loïc Risser, 24 ans, originaire de Saint-Louis ont été tués samedi 2 janvier au Mali. Ces deux militaires appartenant au 2e régiment de hussards de Haguenau ont été victimes d'une attaque à l'engin explosif.

 Le sergent Yvonne Huynh, 33 ans et le brigadier Loïc Risser, 24 ans, originaire de Saint-Louis ont été tués samedi 2 janvier au Mali
Le sergent Yvonne Huynh, 33 ans et le brigadier Loïc Risser, 24 ans, originaire de Saint-Louis ont été tués samedi 2 janvier au Mali © Ministère des armées

La force antijihadiste française Barkhane a été de nouveau mortellement frappée au Mali, deux soldats, dont une femme, ont succombé hier, samedi 2 janvier à une attaque à l'engin explosif artisanal. Ce drame intervient cinq jours seulement après la mort de trois militaires lundi dans des circonstances similaires.

 

Une attaque à l'engin explosif

Le président Emmanuel Macron a "appris avec une grande tristesse" la mort dans la région de Ménaka (nord-est) du sergent Yvonne Huynh et du brigadier Loïc Risser, tous deux issus du 2e régiment de hussards de Haguenau, près de Strasbourg (67), a annoncé la présidence française dans un communiqué. 

Emmanuel Macron salue la mémoire des deux soldats, "morts pour la France dans l'accomplissement de leur devoir" et "partage la douleur de leurs familles, de leurs proches et de leurs frères d'armes et les assure de la gratitude et de la solidarité de la Nation". Florence Parly, ministre des armées, a également exprimé ses condoléances.

Yvonne Huynh, originaire de Trappes dans les Yvelines, âgée de 33 ans et mère d'un jeune garçon, est la première femme de l'armée française tuée au Sahel depuis l'intervention Serval en 2013. Le colonel Frédéric Barbry, porte-parole de l'état-major des armées, décrit à notre micro "une jeune femme particulièrement méritante qui est morte pour la France en luttant contre le terrorisme". Elle effectuait sa deuxième mission au Mali. L'armée de terre compte 11% de femmes, 7% sur l'opération Barkhane. Si Yvonne Huynh est la première femme morte en opération dans ce secteur ce n'est pas la première morte en opérations extérieures. Depuis 1963, quatre autres femmes sont décédées "au combat".

Loïc Risser avait 24 ans. Né à Saint-Louis (68), il en était à son troisième engagement au Mali.    
 

Le 2e régiment de hussards est spécialisé dans l'infiltration par véhicules, l'observation à longue distance et le renseignement humain. Un troisième soldat a été blessé mais ses jours ne sont pas en danger. Ces deux décès portent à 50 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations antijihadistes Serval puis Barkhane, a précisé l'état-major des armées.

Le maire de Haguenau, Claude Sturni, interviewé par France 3 Alsace, fait part de "sa très grande tristesse." 

On est particulièrement choqués par ce double drame, les mots nous manquent

Claude Sturni, maire de Haguenau

"On se dit toujours que cela peut arriver mais ça de doit pas arriver." Un dépôt de gerbe sera organisé dans l'après-midi au pied du monument aux morts de Haguenau.

Ce soir, la mairie sera éclairée aux couleurs du drapeau français en hommage aux deux soldats.

les drapeaux en berne sur la façade de la mairie de Haguenau
les drapeaux en berne sur la façade de la mairie de Haguenau © Isabelle Michel / FTV

Cinq morts en cinq jours

Hier, samedi 2 janvier, un véhicule blindé léger (VBL) a été "l'objet d'une attaque à l'engin explosif improvisé" lors d'une mission de reconnaissance et de renseignement, ont précisé la présidence française et l'état-major des armées. Lundi ce sont trois soldats du 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse qui ont été victimes d'une bombe artisanale dans une attaque revendiquée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaïda.

 "La motivation, la pugnacité et l'abnégation des militaires français demeurent intactes face aux groupes terroristes, filières de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique, ndlr) et d'Al-Qaïda, qui sèment terreur et chaos au Mali et au Sahel", a déclaré samedi la ministre des Armées Florence Parly dans un communiqué.
  
Ces attaques mortelles surviennent alors que la France envisage une réduction des effectifs de la force Barkhane et se dit ouverte à des négociations avec des groupes sahéliens, à l'exception des directions d'Al-Qaïda et du groupe Etat islamique.   

 

Dialogue avec les jihadistes ?

La force Barkhane, qui s'étend sur cinq pays du Sahel, a été étoffée de 600 soldats, ce qui a porté son effectif total à 5.100 en 2020. Elle a revendiqué la "neutralisation" de dizaines de jihadistes ces dernières semaines, au côté de la force du G5 Sahel.
 
Face à la persistance des violences jihadistes, doublées de conflits intercommunautaires, les autorités de transition au Mali n'excluent pas d'engager des négociations avec des groupes armés, tout comme auparavant le président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé par un putsch en août.

Le GSIM, principale alliance jihadiste du Sahel, a appelé dans un communiqué revendiquant l'attaque de lundi au retrait de la force Barkhane du Sahel. Dans ce communiqué, authentifié par le centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE, il a aussi évoqué les caricatures de Mahomet et la défense prise par le président Macron de leur publication au nom de la liberté d'expression, ainsi que la politique du gouvernement français vis-à-vis des musulmans de France.

La France exclut toute discussion avec l'état-major du GSIM qui "répond à la hiérarchie centrale d'Al-Qaïda", relevait le 21 décembre une source à la présidence française. Elle se montre en revanche plus ouverte s'agissant d'éléments du GSIM qui "ont un agenda beaucoup plus national, souvent opportuniste, parfois régional", ajoutait cette source.

    
    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mali international armée société sécurité