Bas-Rhin : restriction d'usage de l'eau potable à Schnersheim et à Kleinfrankenheim, dans le Kochersberg

Le Syndicat des eaux et de l'assainissement (SDEA) d'Alsace-Moselle a prévenu la population de Schnersheim et Kleinfrankenheim (Bas-Rhin), le samedi 14 décembre, d'une restriction d'usage de l'eau potable. C'est une mesure de prévention suite à une analyse révélant une "dégradation bactériologique".

Une dégradation de la qualité de l'eau, d'origine bactériologique, a été repérée sur deux communes du Kochersberg, dans le Bas-Rhin.
Une dégradation de la qualité de l'eau, d'origine bactériologique, a été repérée sur deux communes du Kochersberg, dans le Bas-Rhin. © Sébastien Jarry, MaxPPP
La consommation d'eau à Schnersheim et Kleinfrankenheim (Bas-Rhin, voir carte en bas d'article) fait l'objet d'une restriction provisoire depuis la soirée du samedi 14 décembre 2019. Il n'est plus possible de la boire librement ou de se brosser les dents avec (mais cela reste possible en la faisant bouillir au préalable). Toutes les autres utilisations (hygiène, vaisselle, lessive, gamelles des animaux, etc.) restent permises. 

La population des deux communes du Kochersberg a été prévenue par téléphone, par un affichage sur leur porte, et par des publications sur les réseaux sociaux (voir plus bas) d'une dégradation d'origine bactériologique de la qualité de l'eau. La restriction devrait prendre fin au bout d'une période de 72 heures, soit le mardi 17 décembre.
 

Prévention

Au téléphone, Michel Stern, le maire de Kleinfrankenheim, déclare : "Je viens de parler avec les experts. C'est à cause d'une bactérie pas très méchante, c'est simplement de la prévention, notamment pour les personnes âgées ou les enfants en bas âge.  Mais il y a une peur qui part de pas grand-chose sur les réseaux sociaux : le message y est partagé alors qu'il ne concerne que nos deux communes." Ipso facto : n'en buvez pas seulement si vous vivez à Schnersheim ou Kleinfrankenheim. Les autorités n'ont rien relevé de problématique dans les communes voisines, comme Ittenheim ou Avenheim. 
  Joint par téléphone, Pascal Mellier, directeur général adjoint du Syndicat des eaux et de l'assainissement (SDEA) d'Alsace-Moselle, nous a expliqué la situation : "L'eau faut l'objet de nombreux contrôles. Au cours d'une de nos 450 analyses annuelles, on a repéré des bactéries entérocoques. Cela arrive de deux à trois par an; dans le secteur, c'est la première fois de l'année. On a appliqué le principe de précaution, averti la population, et effectué une chloration de l'eau."
 

On a appliqué le principe de précaution
Pascal Mellier, directeur général adjoint du Syndicat des eaux et de l'assainissement (SDEA) d'Alsace-Moselle


Il poursuit : "C'est le risque avec de l'eau non chlorée, qui est préférée par les usagers. Et ici, on est au bout du réseau d'eau potable. Mais on a vite réagi, et on va bientôt savoir ce qui est arrivé. On aura les premiers résultats partiels ce soir, et les complets demain. On saura alors si nos mesures, étudiées avec l'ARS [Agence régionale de santé; ndlr], ont fonctionné. Et si la situation est revenue à la normale. Dans l'attente, il suffit d'éviter d'ingérer l'eau directement."

Les premiers résultats partiels sont "favorables", mais il faut encore attendre. Si vous avez eu connaissance du message trop tard et que vous pensez avoir des problèmes intestinaux (essentiellement des maux de ventre ou une diarrhée), n'hésitez pas à contacter votre médecin. Pour toute question au SDEA, sa permanence peut être jointe au 03 88 19 97 09. 
 
Une large communication a été faite sur le problème.
Une large communication a été faite sur le problème. © David Marcelin, France Télévisions
 

Voir en plein écran

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société consommation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter