Rumeurs sur les réseaux sociaux : non, l'eau de Strasbourg n'est pas contaminée par la légionellose

L'Eurométropole de Strasbourg a informé la population, le vendredi 13 décembre, que l'eau du robinet pouvait "être utilisée et bue sans restriction". Ce rappel a été jugé nécessaire après la divulgation de "fausses informations sur les réseaux sociaux".

Il n'y a pas de risque à boire l'eau du robinet de Strasbourg : elle est contrôlée régulièrement. (image d'illustration)
Il n'y a pas de risque à boire l'eau du robinet de Strasbourg : elle est contrôlée régulièrement. (image d'illustration) © Thomas Jouhannaud, MaxPPP
"L'eau du robinet peut être utilisée et bue sans restriction", martèle l'Eurométropole de Strasbourg (voir en bas d'article) dans un communiqué daté du vendredi 13 décembre 2019. La cause de ce rappel se trouve sur les réseaux sociaux. De "fausses informations" y circulent, mettant en cause la qualité de l'eau de l'Eurométropole en faisant un lien ("erroné") avec les cas de légionellose relevés en novembre dans l'ouest de Strasbourg et à Lingolsheim. L'eau de l'Eurométropole avait déjà été mise en cause par un canular, qui avait conduit à une plainte officielle.

Jointe par téléphone, Béatrice Bulou (vice-présidente de l'Eurométropole de Strasbourg en charge de l'eau et de l'assainissement), déclare : "Pas du tout, l'eau potable est régulièrement contrôlée et surveillée, au robinet et en sortie de station de pompage." Elle ajoute : "Les cas de légionellose sont à dissocier de l'eau potable. Les services de l'État, avec l'ARS [agence régionale de santé; ndlr], vérifient activement les installations, mais elles sont distinctes du réseau d'eau potable."
 
Pour la vice-présidente, il ne peut y avoir aucun lien avec la maladie infectieuse : "La légionellose, ça s'attrape par inhalation. Pas en buvant." L'eau potable de l'Eurométropole peut donc être consommée "en toute confiance", à commencer par... Béatrice Bulou elle-même : "Quand je serai chez moi ce soir, j'en boirai !"
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation réseaux sociaux société