Bas-Rhin : Ève Engerer radiée par l'Ordre des médecins, elle fournissait des attestations pour ne pas porter le masque

Ève Engerer exerçait la profession de médecin dans la ville de Wangenbourg-Egenthal (Bas-Rhin). Elle s'était fait connaître en délivrant des certificats médicaux de complaisance pour s'affranchir du port du masque. Sa radiation par l'ordre des médecins du Bas-Rhin a été rendue publique ce 18 mars.

L'ancien cabinet médical de Ève Engerer.
L'ancien cabinet médical de Ève Engerer. © Capture d'écran, Google Street View

Ève Engerer exerçait la profession de médecin dans la petite ville de Wangenbourg-Egenthal (Bas-Rhin). Elle s'est fait connaître, en pleine crise du coronavirus (Covid-19) en fournissant... des attestations de complaisance pour s'exonérer du port du masque obligatoire. L'information avait été révélée par nos collègues de Rue89 Strasbourg le 12 août 2020. 

Ce jeudi 18 mars 2021, la décision de la radiation de Ève Engerer - qui datait du 15 janvier - a été rendue publique. Son cabinet médical, situé à proximité de la mairie de Wangenbourg (voir sur la carte ci-dessous), a fermé ses portes.
 


France 3 Alsace a contacté Gérard Ichtertz, secrétaire général de l'ordre des médecins du Bas-Rhin. "C'est un soulagement : c'est pour ça qu'on avait porté plainte, avec l'ARS. On avait des remontées de toute la France de la part de médecins, de chefs d'entreprises au sujet de ses certificats. Ça a fait du dégât. On ne pouvait pas la laisser faire." Les attestations étaient disponibles sur les réseaux sociaux : il suffisait d'y ajouter son nom.

Et c'était loin d'être le seul problème. "Elle est rentrée dans des Ehpads sans masque. Et elle a demandé aux patients de retirer les leurs. À plusieurs reprises." Ce fut le véritable signal d'alarme. Aujourd'hui, le délai de deux mois suivant le jugement est échu. Ève Engerer est définitivement radiée de l'Ordre. "Elle ne peut plus porter le titre de médecin pour ce qu'elle fait." Et elle ne peut plus ouvrir de cabinet médical. L'intéressée n'est plus joignable.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société covid-19