Bas-Rhin : la vente de Bugatti au Croate Rimac par Volkswagen, une "bonne chose" pour Molsheim

L'entreprise automobile Bugatti, basée à Molsheim (Bas-Rhin), se rapproche de la Croatie par un mariage avec Rimac, pionnière en matière de véhicules électriques. Cette alliance a été officialisée le lundi 5 juillet.
Bugatti construit des voitures de sport luxueuses.
Bugatti construit des voitures de sport luxueuses. © Bugatti

Après le mariage avec le géant allemand Volkswagen, voici de nouvelles noces avec le constructeur croate Rimac Automobili. Cette entreprise automobile est pionnière dans les véhicules électriques : elle a été fondée en 2011 par Mate Rimac, génie de l'électronique qui n'avait alors que 23 ans.

L'entreprise Bugatti a été fondée en 1909 : elle est connue pour ses luxueux véhicules de sport. Son alliance avec Rimac, au sein d'une "co-entreprise" nommée Bugatti-Rimac, a été officialisée par voie de communiqué le lundi 5 juillet 2021.

Le siège et les ateliers de Bugatti se trouvent à Molsheim (Bas-Rhin), la "poule aux oeufs d'or alsacienne" située à 20 kilomètres de Strasbourg. Et à 700 kilomètres de Sveta Nedelja, ville de la banlieue de Zagreb (capitale croate) où se trouve le siège de Rimac (voir sur la carte ci-dessous).
 


Sollicité par France 3 Alsace, le club des Enthousiastes Bugatti Alsace (EBA) déclare ne pas se préoccuper des "aventures industrielles de la marque". Il s'intéresse "aux voitures anciennes", c'est tout : ce qu'il déclarait déjà lors d'un entretien dans la presse croate.

Laurent Furst, le maire (LR) de Molsheim, est plus prolixe : il avait été informé en amont et se réjouit plutôt de cette "bonne" nouvelle. "On savait depuis un an que Volkswagen avait ce projet de vendre. Avant, c'était valorisant pour eux d'avoir une très bonne voiture, luxueuse... Et aujourd'hui, quand ils veulent vendre des véhicules électriques, c'est un peu moins avantageux d'avoir cette image : le monde a changé."

L'édile souligne que "le joint-venture entre Rimac et Porsche [qui récupère Bugatti; ndlr], c'est une bonne chose pour l'avenir de Bugatti, et pour son site industriel. À court terme, nous avons une certitude, c'est que c'est une bonne chose pour le site de Molsheim. Le siège et les emplois resteront, mais en plus, il y aura probablement un renforcement du site dans un premier temps. Aujourd'hui, une partie de l'activité est à Wolfsburg et une autre à Molsheim. Et donc une partie de cette partie à Wolfsburg sera probablement rapatriée à Molsheim."
 

Le siège et les emplois resteront, mais en plus, il y aura probablement un renforcement du site dans un premier temps.

Laurent Furst, maire (LR) de Molsheim


"Pour l'instant, à Molsheim, notre site n'est a priori pas perdant pour les années à venir. C'est même plutôt le contraire. Il faut le prendre comme la poursuite de l'aventure que comme un changement de cap", conclut le maire. "Le fait que Porsche soit dans la boucle est une excellente nouvelle pour nous."

La naissance de la co-entreprise est prévue pour la fin de l'année 2021, sous réserve de la validation de différentes autorités de la concurrence. Elle pourrait déterminer l'avenir (électrique) de Bugatti.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie allemagne international europe technologies