Bas-Rhin : les pneus de plus de 30 voitures crevés pendant la nuit à Grandfontaine, village près de Schirmeck

Trente plaintes ont été déposées auprès des gendarmes de Schirmeck (Bas-Rhin) après la dégradation de dizaines de véhicules à Grandfontaine (Bas-Rhin). Elle a eu lieu en pleine nuit, le mercredi 3 mars.

Des pneus crevés par dizaine dans la nuit à Grandfontaine, comme ici dans le sud de la France en 2016.
Des pneus crevés par dizaine dans la nuit à Grandfontaine, comme ici dans le sud de la France en 2016. © Philippe Salvat, MaxPPP

Déjà 30 plaintes déposées. Pour bien plus de véhicules ciblés. Les pneus de plusieurs dizaines de véhicules ont été crevés dans la nuit du mercredi 3 mars 2021.

Ces dégradations en série, commises en une seule soirée, ont été perpétrées dans le village de Grandfontaine (Bas-Rhin, voir sur la carte ci-dessous). Il est peuplé d'un peu moins de 400 âmes, et se trouve à proximité de Schirmeck (Bas-Rhin).
 


France 3 Alsace a joint le maire, Philippe Remy. "Dès 6h30, j'avais des familles qui m'appelaient pour me prévenir. Il y a eu pas mal de pneus crevés, je ne sais pas combien de véhicules sont concernés. On en est déjà à plus de trente plaintes à la gendarmerie de Schirmeck, donc je pense qu'il y en a plus de trente. Certaines familles possèdent trois véhicules."

"Je ne dirais pas que ça a été méthodique. On a des voitures garées sur le bas-côté de la chaussée qui ont été épargnées." Alors que des voitures stationnées dans des allées de garage ou derrière les habitations, non. "C'est bizarre", commente le maire, qui a lui-même découvert la crevaison de trois pneus de son 4X4, garé à quelques mètres de sa fenêtre.
 

J'habite ici depuis 1992 et je n'ai jamais vu ça.

Philippe Remy, maire de Grandfontaine


"C'est d'autant plus bizarre que mon chien n'a pas aboyé. Et les chiens des voisins non plus... Certains ont des caméras : j'espère qu'on pourra apercevoir une silhouette, un visage..." Vivant ici depuis 1992, maire depuis 2008, Philippe Remy n'a "jamais vu ça" dans ce petit village plutôt tranquille.

Nos collègues des Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), qui ont révélé l'affaire, précisent que la situation est dure à vivre, dans un secteur où il y a peu de transports en commun pouvant se substituer à la voiture individuelle.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers délinquance routière société sécurité ruralité