Coronavirus : des tests de diagnostic rapide disponibles dans les pharmacies alsaciennes

Les pharmacies sont autorisées depuis le samedi 11 juillet 2020 à réaliser des tests rapides d’orientation diagnostique (Trod) sans prescription médicale. IIs permettent de savoir si le système immunitaire a produit des anticorps pour se défendre contre le coronavirus. 

Des tests rapides d'orientation diagnostique (Trod) sont disponibles en pharmacie pour connaître la présence ou non d'anticorps contre le coronavirus.
Des tests rapides d'orientation diagnostique (Trod) sont disponibles en pharmacie pour connaître la présence ou non d'anticorps contre le coronavirus. © Luc Nobout / Maxppp
Vous pensez avoir eu le coronavirus ? Pour le savoir, des tests rapides d’orientation diagnostique (Trod) sont disponibles dans les pharmacies alsaciennes, comme ailleurs en France, depuis le samedi 11 juillet 2020. Ils ne permettent pas de savoir si vous avez actuellement le Covid mais si vous avez développé des anticorps lors d'une exposition passée. Rapide et sans prescription médicale, le test n'est pas encore disponible partout. Ces examens n'étaient jusqu'alors réalisables que dans les laboratoire d'analyses médicales, en ville ou à l'hôpital.

Une piqûre rapide

Concrètement, la personne qui fait le test se fait prélever une goutte de sang à l'aide d'une lancette sur son doigt. Une fois la piqûre passée, le sang est aspirée par une pipette et est déposé sur une plaquette équipée d'un réactif. "L'idée c’est d‘intégrer le patient dans un réseau de soin et de l’accompagner. Le test est fait dans une salle de confidentialité, c’est un pharmacien qui fait le test et qui répond aux questions du patient", explique Delphine Lienhardt, docteure en pharmacie à Lutzelhouse (Bas-Rhin). Le résultat du test est disponible dans les dix minutes qui suivent. En cas de positivité, le résultat doit être confirmé et précisé dans un laboratoire par une prise de sang.
 

Plus on aura de résultats et plus on diminuera les risques de contamination.

Patient de la pharmacie


"J'ai été en contact avec beaucoup de personnes comme j'ai continué à travailler pendant le confinement et je pense que c'est important de montrer l'exemple. Ça nous permettra surtout de confiner ces gens testés au niveau de la commune en cas de contagion. Plus on aura de résultats et plus on diminuera les risques de contamination", estime un patient de la pharmacie de la vallée de la Bruche, prêt à se faire piquer. D'autres sont là uniquement "à titre de renseignement" pour faire un lien entre les symptômes ressentis et les traces ou non du Covid.

"On peut perdre nos anticorps au fil du temps"

Pour Samira Fafi-Kremer, virologue au laboratoire du CHU de Strasbourg, "ces tests d'orientation sont rapides mais n'ont pas la robustesse et la fiabilité d'un test de laboratoire qui est réalisé sur du sang qu'on va prélever et sur des machines avec un temps d'incubation plus long." Comme avec les autres types de tests, les faux négatifs peuvent également exister : "Certains sont liés au test, mais aussi pour des gens qui n'ont pas développé d'anticorps ou qui les ont perdus. On le sait, quand on a des symptômes légers ou asymptomatiques, on peut perdre nos anticorps au fil du temps." Mais selon elle, les personnes doivent continuer à se faire tester, même s'il est difficile de comptabiliser celles qui sont infectées, "c'est toujours mieux que rien."

Une centaine de tests

Qu'ils soient sérologiques ou PCR (par prélèvement nasal), une centaine de tests Covid sont aujourd'hui présents sur le marché. Le ministère de la Santé a publié une liste de 51 tests de ce type autorisés et parmi eux figurent les kits du laboratoire strasbourgeois Toda Pharma, spécialisé dans les tests de diagnostic rapide, et ceux du laboratoire Biosynex. Ces auto tests ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale et les prix vont de 15 à 35 euros selon l'AFP. L'arrêté qui autorise les pharmaciens à proposer les Trod est pour l'instant valide jusqu'au 30 octobre. "On n'a pas besoin d'aller chez le médecin, il n'y a pas d'attente ni d'ordonnance, c'est un gain de temps", contaste Mme Perreira, une patiente venu se faire tester. S'ils sont rassurants pour certains avant de partir en vacances, ces tests en pharmacie ne suffiront pas à ceux qui doivent montrer patte blanche à la demande des compagnies aériennes. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société