Coronavirus : la société Biosynex relocalise une partie de sa production de tests sérologiques en Alsace

L’entreprise Biosynex s’apprête à rapatrier de Chine une partie de sa production de tests sérologiques rapides pour dépister le Covid-19 sur son site d'Illkirch-Graffenstaden, au sud de Strasbourg (Bas-Rhin). Elle pourrait fournir 4 millions de tests par mois dans le monde entier.
 
L'entreprise Biosynex, crée en 2005, relocalise une partie de sa production à Illkirch-Graffenstaden
L'entreprise Biosynex, crée en 2005, relocalise une partie de sa production à Illkirch-Graffenstaden © Biosynex
C’est l’un des piliers des Tests de Diagnostic Rapide (TDR) en Europe. Pour faire face à l’augmentation subite de la demande et améliorer sa réactivité, la société Biosynex a décidé de relocaliser, à partir du 15 mai 2020, une partie de sa production de tests sérologiques rapides pour dépister le Covid-19 sur son site d'Illkirch-Graffenstaden, au sud de Strasbourg (Bas-Rhin). En parallèle, elle a établi un partenariat avec un industriel lyonnais pour disposer d’une seconde unité de production et d’assemblage.

"On a besoin de la Chine, mais malheureusement, il y a beaucoup de difficultés d’approvisionnement, de logistique, de transport. C’est extrêmement compliqué. On prend conscience que c’est bon d’avoir des ressources locales de production, d’autant que nous avons les savoir-faire", explique Larry Abensur, le président de Biosynex.
 
Objectif affiché : produire 500.000 tests en mai, puis 2 millions par mois, à partir de juillet prochain. Un chiffre qui devrait atteindre les 4 millions à compter du mois de septembre. Pour y parvenir, "nous avons passé commande d’un automate qui devrait nous rendre plus compétitifs", précise le président. "Nous nous devons d’être plus compétitifs parce que les Chinois, ce n’est pas seulement une capacité de fourniture, c’est aussi un prix. Un prix qui peut passer du simple au double selon s’il est fabriqué là-bas ou en France".
 

Des tests 100% européens d’ici 5 à 6 mois.  


Pour l’heure, difficile de se passer d’un partenaire historique. "On partage les mêmes technologies, on fait avec eux les tests VIH notamment, qui marchent très bien", affirme Larry Abensur.
 
Concernant les tests Covid, la Chine continuera malgré tout à fournir la matière première, notamment les anticorps. "On est en train de trouver des matières premières en Europe, mais cela demande du temps".

Pour le mois de mai, l’entreprise assure avoir déjà reçu commande de 4,5 millions de tests de sérologie Covid-19 dans une vingtaine de pays. "L’Italie, l’Espagne, la Suisse, le Danemark en commandent beaucoup. Jusqu’au Brésil, qui est un énorme marché ». Ce test sérologique bénéficie de l'homologation européenne qui lui permet d'être commercialisé en France, mais dans l'attente de sa validation (probablement imminente) par les autorités de santé françaises, il n'est pas encore remboursé. Notamment utilisé par les laboratoires et par les virologues du CHU de Strasbourg, il permet de déterminer si on a été en contact avec le Covid-19. 
 
Les lignes de production des tests sérologiques vont bientôt tourner à plein régime
Les lignes de production des tests sérologiques vont bientôt tourner à plein régime © Biosynex
 

Une centaine de personnes embauchées sur site


Pour faire tourner son site alsacien, l'entreprise a commencé à embaucher et envisage de recruter une centaine de salariés. "Il va falloir qu'on ait plus de personnel de plus haut niveau, techniciens, chercheurs, pour renforcer les capacoytés de recherches", précise Larry Abensur. "Pour la partie production, ce sera de l'assemblage, en attendant les automates".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société industrie économie