Grand contournement Ouest de Strasbourg : le groupement Arcos et Vinci désignés

Le groupe d'entreprises Arcos, dont le mandataire est Vinci Concessions (entité du groupe de BTP), a été désigné pour réaliser la rocade autoroutière de contournement à l'ouest de Strasbourg, a annoncé mardi le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies.

Par avec AFP

M. Vidalies a annoncé "la désignation du groupement d'entreprises Arcos, dont le mandataire est Vinci Concessions, comme attributaire pressenti du contrat de
concession de l'autoroute de contournement Ouest de Strasbourg", selon un communiqué du ministère.

GCO : le groupement Arcos et Vinci désignés
Le groupe d'entreprises Arcos, dont le mandataire est Vinci Concessions (entité du groupe de BTP), a été désigné pour réaliser la rocade autoroutière de contournement à l'ouest de Strasbourg, a annoncé mardi le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies. Le reportage de F. Rosaci - R. Willhelm - C. Biehler. Interviews : Alain Fontanel, 1er adjoint au maire (PS) de Strasbourg - Luc Huber, maire (SE) de Pfettisheim - Philippe Pfrimmer, maire (SE) de Vendenheim show room

"Les négociations à venir avec le groupement devraient permettre de finaliser le contrat pour une signature en début d'année 2016", a précisé M. Vidalies dans le communiqué. Un appel d'offres pour la construction de ce contournement autoroutier à l'ouest de Strasbourg avait été lancé en février 2014. Quatre candidatures avaient été sélectionnées en juin 2014, rappelle le communiqué. 

D'une longueur de 24 kilomètres, cette nouvelle portion d'autoroute, est aussi appelée "Grand Contournement ouest" (GCO). Le projet, né dans les années 1970 mais régulièrement abandonné avant d'être relancé à la fin des années 1990, a pour but de délester l'actuelle autoroute A35, régulièrement engorgée, qui dessert la capitale alsacienne. Une première procédure de mise en concession du projet n'avait pas pu aboutir en 2012 et s'était soldée par le retrait du groupe Vinci.
 

"Cette nouvelle étape du projet est donc résolument positive" (Réactions de Roland Ries et de Robert Herrmann)


Roland Ries, Maire de Strasbourg, et Robert Herrmann, Président de l’Eurométropole, se félicitent de l’annonce faite aujourd’hui par Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, concernant l’offre retenue pour le Grand Contournement Ouest. Cette annonce fait suite à une réunion qui s’est tenue ce matin entre le ministre et les représentants des collectivités locales sur ce dossier.

Pour Roland Ries et Robert Herrmann : « Ce nouveau projet constitue une réelle avancée, avec une emprise foncière réduite et des tarifs plus bas, sans contribution financière de nos collectivités. Nous nous réjouissons que les travaux puissent démarrer dès la fin 2017. Autre atout de ce nouveau projet : la volonté d’interdiction du trafic de transit Poids Lourds sur l’A35, inscrite au Contrat de concession, permettra de délester l’A35 de ce flux. Par conséquent, la requalification de l’A35, inscrite au Contrat de plan Etat-Région, pourra concrètement s’engager.

Ces nouvelles orientations répondent ainsi à des enjeux de circulation, de santé publique et d’environnement. Elles vont notamment permettre à l’agglomération de Strasbourg de subir moins de pollution atmosphérique tout en intégrant les enjeux de protection de la biodiversité.

Le GCO constitue en outre un double levier économique. Il permettra de créer plusieurs centaines emplois pour les besoins du chantier et de fluidifier le trafic, pour le plus grand bénéfice de l’activité économique de notre territoire. Cette nouvelle étape du projet est donc résolument positive.» 

Roland Ries, maire de Strasbourg et premier Vice-président en charge des transports et de Robert Herrmann, Président de l’Eurométropole de Strasbourg
 

"Les projets routiers, ça suffit !" réaction de Sandrine Bélier 


Pour Sandrine Bélier, tête de liste écologiste dans le Grand Est: "Cette annonce confirme l’entêtement de l’Etat dans ce projet particulièrement destructeur sur le plan social et environnemental. Nous n’avons pas besoin d’un projet routier pensé à la fin des années 1960 mais d’un nouveau projet de mobilité durable en phase avec la réalité du XXIème siècle c’est-à-dire une solution cohérente avec les enjeux en présence – énergétiques, climatiques, de santé publique, de biodiversité, économiques, d’efficacité des fonds publics et du droit à la mobilité du plus grand nombre. Ce projet doit être enfin et définitivement abandonné. Les écologistes s’engagent à relancer la concertation et la gouvernance locale en présence de tous les acteurs concernés, associatifs, économiques et politiques pour définir ensemble une politique des transports et de développement urbain et économique, durable et nouvelle qui garantisse le bien-être et le cadre de vie de la population alsacienne et de la nouvelle grande région.

Aujourd'hui, la circulation automobile est la principale cause de pollution atmosphérique à Strasbourg et dans toutes les agglomérations du Grand Est. Si le GCO rencontre autant de résistances depuis ses balbutiements dans les années 1970, ce n'est pas anodin: il ne résoudra rien et contribuera à la sacralisation du "tout routier" dans la continuité des politiques de transport menées par les mandatures régionales précédentes.

De plus, le budget pour ce projet routier inutile est un budget gaspillé. Avec ce budget, nous pourrions mettre en place une véritable politique de transports collectifs cohérente au niveau de la nouvelle grande région, en renouant avec un maillage territorial ferroviaire desservant aussi bien les zones urbaines que rurales et garantissant la libre circulation de tous ses habitants à faible coût. Il s'agit de rediriger les fonds de la région pour l'intérêt général et refuser d'être pris en otage en réalisant un grand projet inutile et en prenant en otage les collectivités par les subventions d'équilibre. Avec ce budget et sans le GCO,  nous aurions les moyens d’une politique ambitieuse pour préserver 300 hectares des meilleures terres agricoles de la plaine d’Alsace, préserver la biodiversité et  l’habitat de nombreuses espèces protégées, dont le Grand Hamster.

En Alsace comme en Lorraine où la consultation publique sur une possible nouvelle autoroute A31bis a été lancée, l’Etat et les exécutifs régionaux sortants s’obstinent à gaspiller l’argent public dans ces grands projets d’un autres temps. Ils sacrifient la biodiversité et les terres agricoles sur l'autel du "tout routier" et participent à l'aggravation des problèmes de santé publique et de dérèglement climatique. Ca suffit! "

GCO : Enfin nous avançons ! réaction de Georges Schuler Secrétaire Départemental « Les Républicains du Bas-Rhin »

Nous nous réjouissons de la désignation du concessionnaire du futur GCO. Cette désignation va enfin permettre un démarrage de ces travaux tant attendus par les alsaciens qui subissent au quotidien les ralentissements et les bouchons qui se multiplient au moindre accident, camion en panne, travaux, manifestation, ...

Cela fait 30 ans que l'État, les collectivités locales et les partenaires économiques discutent ensemble de ce projet qui était quasiment finalisé mais qui a été sacrifié en juin 2012, sur l’autel des accords électoraux locaux et nationaux entre le PS et EELV. Nous espérons à présent que cette procédure soit définitive et opérante et qu’aucun autre tripatouillage électoral ne vienne le remettre en cause.

Dans l’esprit de la motion que j’ai soutenue en juin dernier, en conseil eurométropolitain, le GCO devra être impérativement accompagné d’une interdiction du transit des poids lourds sur l’A35 et de sa requalification. Jusqu’au commencement des travaux, nous resterons vigilants pour que ce projet, indispensable pour l’Alsace, aboutisse définitivement.

Sur le même sujet

Les + Lus