Hypertension artérielle : "40% des patients hypertendus ne connaissent pas leur diagnostic", un spécialiste rappelle l'importance du dépistage

L'hypertension artérielle touche un Français sur quatre. Cela valait bien une journée mondiale ce mercredi 17 mai. Dominique Stephan, chef de service des maladies vasculaires et hypertension au Nouvel hôpital civil à Strasbourg, nous explique pourquoi il est important de réaliser des dépistages réguliers.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les chiffres sont éloquents : 1 Français sur 4 est concerné par l'hypertension artérielle. Les femmes y sont un peu moins sujettes, avec 18% d'entre elles. Reste que cette pathologie est l'un des principaux facteurs de risques cardiovasculaire et cérébrovasculaire. 8,5 millions de personnes en meurent chaque année dans le monde.

L'Alsace est particulièrement touchée : entre 400 et 600.000 de patients hypertendus, soit un habitant sur 3 si on considère la fourchette haute. En cause : l'alimentation bien sûr, trop riche et trop grasse dans notre région.

Deux chiffres permettent de calculer la tension artérielle : le premier correspond à la pression dans les artères lorsque le cœur se contracte (danger si supérieur à 140 mmHg). Le second correspond à la pression dans les artères au moment du relâchement du cœur (danger si supérieur à 90 mmHg).

Nous avons rencontré le professeur Dominique Stephan, chef de service des maladies vasculaires et hypertension au NHC de Strasbourg, à l'occasion de la journée mondiale de l'hypertension artérielle, mercredi 17 mai.

Une fois que l'on a été diagnostiqué, que faire pour soigner l'hypertension ?

"Quand on a diagnostiqué une hypertension artérielle, la première des mesures thérapeutiques à adopter, c'est l'hygiène de vie, c'est-à-dire limiter ses apports caloriques, limiter ses apports en sel et faire du sport. Dans nombre de cas, ça permet déjà une réduction des chiffres de pression artérielle mais dans de nombreux cas, il faudra tout de même recourir, une fois le diagnostic de l'hypertension artérielle établi, à des médicaments antihypertenseurs."

Le problème, c'est que cette pathologie ne présente pas de symptômes ou presque

"C'est une maladie qui est souvent asymptomatique comme nous le disons dans notre jargon, c'est-à-dire qu'elle ne donne pas de signes. Les patients ne ressentent pas de symptômes ou alors ce sont des signes un petit peu non spécifiques comme des maux de tête ou des mouches volantes (troubles oculaires, NDLR) ou quelquefois des acouphènes. Mais dans bien des cas, l'hypertension artérielle ne donne aucun signe et sa découverte est fortuite à l'occasion d'une mesure de la pression artérielle, par exemple lors d'une visite de médecine du travail."

D'où l'importance d'un dépistage régulier

"Il faut en effet faire mesurer ces chiffres de pression artérielle au moins une fois par an, car il faut le savoir, environ 40% des patients hypertendus sur une population de 17 millions, ne connaissent pas leur diagnostic d'hypertension. Ils ne se savent pas qu'ils sont hypertendus et cette hypertension peut malheureusement se révéler à l'occasion d'une complication qui est parfois dramatique comme un accident vasculaire cérébral."

Le NHC proposait ce mercredi 17 mai une journée de dépistage gratuit pour tous, mais il est bien sûr possible de faire mesurer sa tension par son médecin traitant, au moins une fois par an donc.